(Moscou) Plus de 120 personnes ont dû consulter les services médicaux à Moscou ces derniers jours, dont 30 sont toujours en soins intensifs, après de graves intoxications alimentaires avec suspicion de botulisme, ont annoncé lundi les autorités municipales.

Mises en cause par l’Agence de surveillance sanitaire (Rospotrebnadzor), des salades vendues par une entreprise de livraison de plats cuisinés à domicile ont été retirées de la vente.  

« À l’heure actuelle, 55 personnes sont dans un état grave, dont 30 en soins intensifs » sur un total de 121 individus intoxiqués « présentant des symptômes d’empoisonnement et de suspicion de botulisme », a indiqué Anastassia Rakova, l’adjointe du maire de Moscou, Sergueï Sobianine.

« La vie de ces patients n’est pas menacée », a-t-elle affirmé, citée par les agences de presse russes.

Le botulisme alimentaire est « une maladie grave et potentiellement fatale, mais rare », qui « bloque les fonctions nerveuses et peut entraîner une paralysie respiratoire et musculaire », explique l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur son site internet.

Cette intoxication est provoquée par l’ingestion de toxines botuliques, présentes dans les aliments contaminés.

Mme Rakova a indiqué que « la ville de Moscou et le ministère régional de la Santé ont identifié les principaux produits susceptibles d’être à l’origine de l’intoxication alimentaire ».

« Une enquête épidémiologique est en cours et la diffusion de produits de mauvaise qualité a été suspendue », a-t-elle ajouté.

L’entreprise de livraison de plats cuisinés à domicile, qui vend les salades mises en cause, a indiqué dans un communiqué avoir « déjà retiré le plat de la vente et commencé à vérifier l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement et de production ».  

« Nous avons également stoppé temporairement l’application [mobile, NDLR] pour vérifier tous les produits, même ceux qui ne posent pas de problème », a-t-elle précisé.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, seuls 82 cas de botulisme ont été confirmés dans l’Espace économique européen (EEE) en 2021, dernière année pour laquelle des données ont été publiées.