(Paris) Les deux condamnés en appel à 18  ans de prison pour leur rôle dans l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice (sud-est), le deuxième plus meurtrier commis en France avec 86 morts, ont formé un pourvoi en cassation, a-t-on appris lundi auprès de leurs avocats.

Mohamed Ghraieb, Franco-Tunisien de 48 ans, et Chokri Chafroud, migrant tunisien sans-papiers de 44 ans, étaient proches de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, auteur de l’attentat au camion-bélier qui a fait aussi plus de 450 blessés, sur la promenade des Anglais le soir de la fête nationale française.

Ils avaient été condamnés à 18 ans de prison, en appel comme en première instance, pour association de malfaiteurs terroriste.

Les deux hommes ont toujours proclamé leur innocence, malgré leur proximité avec Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, tué par la police.

« Nous attendons de la juridiction suprême qu’elle censure un arrêt qui n’est que le prolongement d’un procès à sens unique et qui expédie, entre autres principes cardinaux, celui de la personnalisation des peines », ont confié à l’AFP deux avocats de M. Ghraieb.

« L’application du crime d’association de malfaiteurs terroriste en l’absence d’éléments constitutifs tangibles pose de lourdes questions juridiques que la Cour de cassation devra trancher », ont notamment expliqué de leur côté à l’AFP les avocats de M. Chafroud.

En annonçant le verdict en appel, le président du tribunal avait affirmé que « les proches de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avaient observé sa radicalisation ».