(Prague) Les ministres des Affaires étrangères de huit pays de l’UE ont adressé une lettre au chef de la diplomatie européenne lui demandant de limiter les déplacements des diplomates russes dans l’espace Schengen, selon une copie du texte obtenue par l’AFP jeudi.

La libre circulation des détenteurs de passeports diplomatiques russes dans l’espace Schengen sans visa leur facilite les « activités malveillantes », alors que Moscou redouble d’efforts pour semer la discorde au sein de l’UE, ont estimé les huit ministres.

« Nous pensons que l’UE devrait limiter les déplacements des membres des missions diplomatiques russes et des membres de leurs familles au seul territoire de l’État où ils sont accrédités », ont-ils déclaré.

La lettre, datée du 11 juin, a été signée par les ministres tchèque, danois, néerlandais, estonien, letton, lituanien, polonais et roumain.

La mesure proposée « réduira considérablement l’espace opérationnel des agents russes », ont indiqué les signataires.

Les pays de l’UE ont déjà considérablement réduit le nombre de diplomates russes sur leur territoire depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine en février 2022.  

Les ministres ont déclaré que « le renseignement, la propagande ou même la préparation d’actes de sabotage constituent la principale charge de travail d’un grand nombre de’diplomates’russes dans l’UE ».

La République tchèque et la Pologne ont récemment arrêté des personnes soupçonnées d’incendies criminels, affirmant que leurs crimes avaient été incités par la Russie.  

« La Russie mène depuis des années des opérations de grande envergure en Europe, qui ont fait de nombreuses victimes et causé d’importants dégâts matériels », peut-on lire dans la lettre.

Les ministres demandent à Josep Borrell de « présenter d’urgence une proposition d’un texte concret de mesures restrictives ».

PHOTO SARAH MEYSSONNIER, REUTERS

Josep Borrell

Pour dissiper les inquiétudes concernant les représailles éventuelles de Moscou, les ministres affirment qu’elles auraient « un coût bien moindre que les dommages potentiels que les agents diplomatiques russes peuvent causer dans toute l’Europe ».