(Paris) Gabriel Attal et plusieurs de ses ministres vont se représenter aux élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet, ont annoncé les intéressés sur les réseaux sociaux.

Le premier ministre va se représenter dans sa circonscription, la dixième des Hauts-de-Seine, à Vanves, où il avait été élu avec 59,85 % des voix en 2022, contre la socialiste Cécile Soubelet (40,15 %), selon son entourage.

Il a fait cette annonce aux députés Renaissance mardi matin, devant lesquels il a promis d’aller « au bout de (son) devoir » pour « éviter le pire » à ces élections, où l’extrême droite est donnée favorite.

Son nom figure parmi les plus de 150 sortants réinvestis mardi soir par le parti présidentiel Renaissance.

Parmi ses prédécesseurs à Matignon, Elisabeth Borne va se représenter dans la 6e circonscription du Calvados.

Après avoir hésité, la présidente sortante de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet retournera en campagne dans la 5e circonscription des Yvelines.

Deuxième dans l’ordre protocolaire du gouvernement, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui ne s’était pas présenté en 2022, a confirmé mardi qu’il ne serait pas candidat, lors d’une réunion de lancement de la campagne dans l’Eure.

Dans ce département, son ancienne circonscription est tombée il y a deux ans dans l’escarcelle du Rassemblement national.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se représentera dans la 10e circonscription du Nord pour « clarifier les choses ». Il a dénoncé lundi sur TF1 une « confusion » à gauche et appelé les LR à « rejoindre » la majorité car le Rassemblement national « c’est 100 milliards de dépenses, sans aucune recettes en face ».

Le ministres des Affaires étrangères Stéphane Séjourné, qui est aussi secrétaire général du parti Renaissance et sera chargé de « l’organisation » de la campagne, cherche à se présenter, et son nom circule pour plusieurs circonscriptions à Paris ou en proche banlieue ouest, selon plusieurs sources au sein de la majorité.

Les ministres Marc Fesneau (Agriculture), Stanislas Guerini (Fonction publique) et Jean-Noël Barrot (Europe) seront aussi candidats. Ainsi que Thomas Cazenave (Budget), Olivia Grégoire (PME), Marie Guévenoux (Outremer), Frédéric Valletoux (Santé), et Sarah El Haïry (Enfance).

L’ex-LR Catherine Vautrin, ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, ne se présentera pas mais « soutiendra pleinement » la candidate Renaissance Laure Miller élue en 2017 dans son ancienne circonscription, la 2e de la Marne, a appris l’AFP auprès de l’entourage de la ministre.

Roland Lescure, ministre délégué à l’Industrie et à l’Énergie, a annoncé qu’il se représenterait dans la 1re circonscription des Français de l’étranger, appelant à un « large rassemblement libéral, démocrate et résolument social » contre le « péril » de l’extrême droite, donnée favorite.

Marie Lebec, ministre déléguée chargée des Relations avec le Parlement, sera à nouveau candidate dans la 4e circonscription des Yvelines. Elle a appelé sur X « toutes les bonnes volontés démocrates et républicaines » à la soutenir face aux « populistes ».

La porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot a annoncé qu’elle serait de nouveau candidate dans la 8e circonscription des Hauts-de-Seine.

Fadila Khattabi, ministre chargée des Personnes handicapées, se représentera dans la 3e circonscription de Côte d’Or contre les « extrêmes ».

Aurore Bergé, ministre chargée de l’Egalité, se représentera dans la 10e circonscription des Yvelines.

Franck Riester, ministre délégué chargé du Commerce extérieur, sera candidat dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne.

Guillaume Kasbarian, ministre délégué au Logement, sera à nouveau candidat dans la 1re circonscription d’Eure-et-Loir, tout comme Dominique Faure,  ministre déléguée chargée de la Ruralité, dans la 10e circonscription de Haute-Garonne.

Les secrétaires d’État Patricia Miralles (Anciens combattants), Marina Ferrari (Numérique), Sabrina Agresti-Roubache (Ville et citoyenneté) et Hervé Berville (Mer) seront aussi candidats.