(Washington) Le président des États-Unis Joe Biden a discuté mercredi avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky des capacités militaires « supplémentaires » nécessaires pour aider l’armée ukrainienne à « défendre son pays », a déclaré la Maison-Blanche.

Mis à jour le 30 mars
Agence France-Presse

« Les dirigeants ont évoqué la manière dont les États-Unis travaillent jour et nuit pour répondre aux principales demandes faites par l’Ukraine en matière d’aide sécuritaire » ainsi que « les efforts persistants fournis par les États-Unis avec leurs alliés et partenaires pour identifier les capacités supplémentaires pour aider l’armée ukrainienne à défendre son pays », a affirmé l’exécutif américain dans un communiqué après un appel de 55 minutes entre les deux présidents.

La présidence américaine a ajouté qu’ils avaient souligné l’impact « déterminant » des armes fournies par les Américains sur le cours du conflit.

« En outre, le président Biden a informé le président Zelensky que les États-Unis entendaient apporter au gouvernement ukrainien 500 millions de dollars d’aide budgétaire directe », a précisé la Maison-Blanche.

Le chef de l’État ukrainien a pour sa part écrit sur Twitter avoir « partagé son analyse de la situation sur le champ de bataille et à la table des négociations », au lendemain d’une nouvelle session de pourparlers entre Kyiv et Moscou.

« Nous avons parlé de soutien défensif spécifique, d’un nouveau paquet de sanctions renforcées et d’aide macrofinancière et humanitaire », a-t-il ajouté.

Selon des responsables du Pentagone, tous les armements américains promis à la mi-mars par M. Biden, notamment des drones « kamikazes » Switchblade et des batteries antiaériennes de fabrication russe S-300, n’ont pas encore été remis à l’Ukraine.

« Nous avons promis 100 drones Switchblade […], ils se trouvent dans le lot qui est en cours de livraison », a indiqué mercredi au cours d’une audition parlementaire la responsable des affaires internationales au Pentagone, Celeste Wallander.

En ce qui concerne les S-300, « nous nous sommes concentrés sur les pays qui disposaient de missiles ou de pièces détachées » et qui étaient prêts à les donner aux forces ukrainiennes, a-t-elle expliqué. « C’est en cours ».

Mais les discussions avec la Slovaquie, qui souhaite remplacer sa batterie S-300 par une batterie plus moderne de fabrication américaine Patriot, ne sont pas terminées, a indiqué la responsable américaine.

Pour remettre les armements aux Ukrainiens, l’armée américaine a mis sur pied « deux centres » qui mobilisent une centaine de personnes, a précisé aux élus du Congrès le commandant des forces américaines en Europe, le général Tod Wolters.

La Russie, qui a lancé fin février son invasion de l’Ukraine, a multiplié ces derniers jours les signaux contradictoires sur ses projets militaires et ses intentions diplomatiques.

Le Kremlin a ainsi estimé mercredi qu’il n’y avait pas eu de « percée » dans les négociations entre belligérants à Istanbul, douchant les espoirs nés d’autres déclarations beaucoup plus positives mardi de responsables russes.

Les autorités ukrainiennes ont, elles, accusé mercredi la Russie d’avoir bombardé un centre de la Croix-Rouge à Marioupol et la ville de Tcherniguiv.

Ni Kyiv ni Washington n’ont par ailleurs accordé beaucoup de crédit à des annonces récentes de la Russie promettant de « réduire radicalement » son activité militaire en direction de Kyiv et Tcherniguiv », ou de se concentrer sur la seule zone du Donbass, dans l’est du pays.