Vous êtes nombreux à vouloir prêter main-forte au peuple ukrainien, durement éprouvé par la guerre. Dons matériels, accueil des réfugiés, dons en argent : voici trois façons de leur venir en aide à partir du Québec.

Publié le 5 mars
Léa Carrier
Léa Carrier La Presse

Dons matériels

Située dans l’arrondissement de Ville-Marie, l’église catholique ukrainienne Saint-Michel-Archange est le point de collecte désigné pour les dons destinés à l’Ukraine. Tout y est accepté : denrées non périssables, produits d’hygiène, vêtements. On privilégie cependant les médicaments comme l’acétaminophène et les médicaments pour enfants. Jusqu’à présent, la collecte a été un succès ; en témoignent les piles de boîtes entassées dans les locaux animés de l’église. Un premier lot a été envoyé jeudi vers Toronto, d’où il sera acheminé en Pologne, puis en Ukraine. « Ce ne sont pas juste des Ukrainiens qui donnent. C’est tout le monde. Les gens se comprennent très vite ici, même s’ils ne parlent pas la même langue », remarque Carolina Calmic, une bénévole moldave rencontrée sur place. Au même instant, Isabelle Landry glisse une note dans la poche d’un manteau de fourrure qu’elle vient donner. « Bon courage », y a-t-elle inscrit à la main. À quelques kilomètres de là, l’église de l’Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie récolte des dons en vue de l’arrivée des réfugiés ukrainiens. Plus d’un million d’Ukrainiens ont fui le pays en guerre depuis le début de l’invasion russe, et d’après Michael Shwec, président du Conseil provincial du Québec du Congrès ukrainien canadien, le Québec doit se tenir prêt à accueillir des migrants d’un jour à l’autre. « Ce qu’on cherche, ce sont des manteaux, des souliers, des vêtements pour femmes et pour enfants. Des jouets aussi, si possible », énumère M. Shwec.

Église catholique ukrainienne Saint-Michel-Archange : 2388, rue D’Iberville, Montréal

Église de l’Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie : 6175, 10e Avenue, Montréal

Accueil des réfugiés

Ceux qui souhaitent s’impliquer davantage peuvent aussi remplir le formulaire offert sur la page Facebook du Conseil provincial du Québec du Congrès ukrainien canadien. Il est possible de se proposer pour héberger une famille ukrainienne, offrir un soutien financier ou encore aider les réfugiés dans leurs démarches d’immigration. « On est en train de s’organiser avec différents ordres de gouvernement. On l’a fait avec le fédéral. Le prochain, c’est le provincial et ensuite la Ville de Montréal », indique Michael Shwec. Une liste de Québécois prêts à loger des réfugiés ukrainiens circule aussi sur les réseaux sociaux. L’initiative d’Alexandre Dufresne, un avocat de Québec, a déjà récolté plus de 1200 noms en l’espace de quelques jours. « Et la liste ne cesse de s’allonger ! », s’est exclamé M. Dufresne, qui a contacté ses députés à cet effet. « Mon objectif, c’est que la liste serve à quelque chose, qu’elle tombe entre les mains du bon organisme », dit-il. Au moment où ces lignes étaient écrites, le gouvernement du Québec n’avait pas répondu à nos questions sur ces initiatives. La Ville de Montréal salue pour sa part « la générosité des Montréalais qui souhaitent offrir de l’hébergement », mais indique qu’il est « actuellement trop tôt pour statuer si les migrants ukrainiens en auront besoin ». Par courriel, elle rappelle que la population peut communiquer avec le Centre de référence du Grand Montréal en composant le 211 afin de connaître les organismes d’accueil et d’intégration des personnes immigrantes les plus près de chez eux.

Inscrivez-vous pour aider
Consultez la page Facebook de l’initiative d’Alexandre Dufresne

Dons en argent

« On apprécie chaque geste, grand ou petit. Toute l’aide compte », insiste Michael Shwec. Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, mais qui souhaitent tout de même contribuer, il est toujours possible de faire des dons en argent. En date du 3 mars, la Croix-Rouge canadienne avait déjà amassé 36,2 millions de dollars. « L’argent permet vraiment de cibler les besoins les plus pressants », affirme Jean-Sébastien Pariseau, porte-parole de la Croix-Rouge canadienne. Les fonds récoltés servent à envoyer du personnel et du matériel d’urgence en Ukraine et en Pologne. À ceux qui désirent faire un don, la Croix-Rouge conseille d’« être prudents » et de « faire affaire avec des organismes reconnus ». Au pays, il existe aussi la Fondation Canada-Ukraine, qui a annoncé vendredi une aide supplémentaire de 1 million de dollars en partenariat avec le Congrès ukrainien canadien. La somme sera versée au début de la semaine prochaine à des fins humanitaires en Ukraine et pour ses réfugiés.

Consultez le site de la Croix-Rouge canadienne
Consultez le site de la Fondation Canada-Ukraine (en anglais)