(Paris) La majorité du président sortant Emmanuel Macron a lancé jeudi, à moins de trois mois de la présidentielle française, son site de campagne, avecvous2022.fr, qui invite les internautes à « faire entendre leur voix » sur un sujet qu’ils aimeraient « voir au cœur du débat public ».

Publié le 27 janvier
Agence France-Presse

Le site ne mentionne nulle part La République en marche ou Emmanuel Macron, mais les mentions légales font état d’une domiciliation au siège du parti présidentiel et de Stanislas Guerini, le patron de LREM, comme directeur de publication.

Emmanuel Macron n’a toujours pas formellement déclaré sa candidature à un second mandat, mais a indiqué en avoir « envie » lors d’un entretien au journal Le Parisien début janvier.

« Vous ne vous reconnaissez pas dans les déclarations des candidats à l’élection présidentielle ? C’est normal, ils ne parlent pas de vous, ils parlent d’eux. Notre démarche est à l’opposé de ça », indique le site sur sa page d’accueil, en proposant par ailleurs de s’inscrire à une lettre d’information pour suivre « l’actualité de la campagne ».

« On nous a reproché chaque jour de ce quinquennat de ne pas être des politiciens de métier. Ce reproche est fondé, c’est même une fierté : c’est peut-être pour cela que nous sommes les seuls à vous écouter », est-il affirmé, en référence à Emmanuel Macron qui avait enjoint aux députés de la majorité d’être « fiers d’être des amateurs » en février 2020.

« Cela tombe bien, car notre objectif n’est pas de faire campagne contre un camp, ou pire, contre une partie des Français. C’est de faire campagne pour, et de faire campagne avec », poursuit le texte, en tentant de reprendre les accents de la campagne victorieuse de 2017, lorsqu’il s’agissait de prôner la bienveillance et de s’abstenir de siffler lors des assemblées électorales.

Apparaissent par ailleurs sur le site dix-sept vidéos de témoignages de Français de tous âges et toutes conditions, d’un éleveur ovin de la vallée de la Roya dans les Alpes-Maritimes (sud-est) à une enseignante de Metz en passant par une infirmière de Bordeaux (sud-ouest). Les témoignages renvoient à des éléments de défense du bilan du quinquennat.

Le lancement du site doit s’accompagner d’une campagne d’affichage et de tractage.