(Washington) Les États-Unis s’attendent toujours à ce que la Russie puisse faire « usage de la force militaire » contre l’Ukraine d’une manière ou d’une autre, « peut-être » d’ici mi-février, a déclaré mercredi la vice-secrétaire d’État américaine Wendy Sherman.

Mis à jour le 26 janvier
Agence France-Presse

« Tout indique » que le président russe Vladimir Poutine « va faire usage de la force militaire à un moment donné, peut-être entre maintenant et mi-février », a-t-elle dit, tout en assurant ne pas savoir s’il avait pris « la décision définitive » de passer à l’offensive.

PHOTO JOHN THYS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

La vice-secrétaire d’État américaine Wendy Sherman lors d’une conférence de presse à l’OTAN, à Bruxelles, le 12 janvier 2022.

« Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête du président Poutine. Il n’y a qu’une personne qui le sache, et c’est le président Poutine lui-même », a-t-elle expliqué lors d’une conversation virtuelle avec Yalta European Strategy, un forum de réflexion sur « l’avenir européen de l’Ukraine ». « Je pense que même les gens autour de lui ne savent pas ce qu’il fera en définitive. »

Appel aux citoyens américains de quitter l'Ukraine

Par ailleurs, l’ambassade américaine à Kiev a « exhorté » mercredi les citoyens américains se trouvant en Ukraine à envisager de quitter le pays sans tarder, en pleines tensions entre les Occidentaux et la Russie au sujet de l’Ukraine.

« L’ambassade des États-Unis exhorte les citoyens américains à envisager de partir maintenant », a indiqué l’ambassade sur son site. « La situation sécuritaire en Ukraine continue d’être imprévisible en raison de la menace accrue d’une action militaire russe et peut se détériorer sans préavis ».

Lisez l'avertissement aux citoyens américains en Ukraine

Mme Sherman, numéro deux de la diplomatie américaine, a aussi dit que les Jeux olympiques d’hiver de Pékin, qui s’ouvrent début février lors d’une cérémonie à laquelle participera le président russe, pourraient « avoir un impact sur son calendrier et sa réflexion ».

« Nous savons tous que les Jeux de Pékin commencent le 4 février avec la cérémonie d’ouverture et le président Poutine y sera. Je pense que probablement le président Xi Jinping ne serait pas enthousiaste si Poutine choisit ce moment-là pour envahir l’Ukraine », a fait valoir Wendy Sherman.

« Se préparer au pire »

Selon elle, malgré les intenses discussions diplomatiques entre les Occidentaux et les Russes, « la Russie continue l’escalade de sa menace contre l’Ukraine en ce moment même ».

Les États-Unis vont donc continuer à « pousser pour la diplomatie », tout en « se préparant au pire ».

« Nous nous préparons à tous les scénarios » qu’il s’agisse d’une « invasion totale » mais aussi partielle, car « un soldat russe supplémentaire qui envahit l’Ukraine est un problème très sérieux en contradiction avec tous les principes de la sécurité internationale », a-t-elle insisté.

« Cela envoie aussi un message au monde entier que les autres autocrates peuvent agir avec une telle impunité », a-t-elle prévenu.

Elle a assuré que Washington se préparait aussi « aux scénarios d’attaques hybrides, de subversion, de sabotage, d’intimidation ».