(Paris) Le gouvernement français a annoncé jeudi soir la levée, courant février, de la plupart des restrictions prises pour freiner l’épidémie : fin du port du masque en extérieur et du télétravail obligatoire, réouverture des discothèques et retour des concerts debout.  

Publié le 20 janvier
Isabelle TOURNÉ Agence France-Presse

« Nous pourrons courant février lever la plupart des restrictions prises pour freiner l’épidémie à la faveur du nouveau passeport vaccinal qui entrera en vigueur lundi prochain », a annoncé le premier ministre, Jean Castex, lors d’une conférence de presse à Matignon.

Recommandé, mais plus obligatoire

À partir du 2 février, le port du masque ne sera plus obligatoire en extérieur, les jauges dans les lieux recevant du public abandonnées et le télétravail « ne sera plus obligatoire », mais recommandé, a détaillé le chef du gouvernement.

PHOTO ARCHIVES FRANCE-PRESSE

Les discothèques rouvriront le 16 février. Les exploitants de salles de concerts pourront aussi recommencer à admettre du public debout à la même date.

Le 16 février, ce sont les discothèques, fermées depuis le 10 décembre, qui pourront rouvrir et les concerts debout seront à nouveau autorisés. La consommation au comptoir sera également possible dans les bars. Tout comme la consommation dans les stades, les cinémas et les transports.

Le Royaume-Uni, frappé par la vague Omicron quinze jours avant la France, vient tout juste d’annoncer la levée de l’essentiel de ses restrictions, promettant même la fin de l’isolement pour les contaminés.  

Le gouvernement a également annoncé que le passeport vaccinal, succédant au passeport sanitaire pour les personnes d’au moins 16 ans, entrera en vigueur à partir de lundi « sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel » vendredi.

Ce passeport servira à accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boisson, aux foires, séminaires et salons professionnels et aux transports publics interrégionaux.  

Côté écoles, Jean Castex « envisage » un allègement du protocole sanitaire pour les établissements scolaires au retour des vacances de février, soit pas avant le 7 mars, date où tous les enfants (des trois zones) seront rentrés de vacances.

Les adolescents entre 12 et 17 ans pourront par ailleurs avoir un rappel de leur vaccination, « sans obligation », dès lundi.

« Une période contrastée »

Le gouvernement fait face à une situation paradoxale : si le nombre de cas positifs continue à augmenter — et à battre des records à plus de 300 000 contaminations quotidiennes sur la moyenne des sept derniers jours —, la pression sur les services de réanimation tend à décroître.

Les soins intensifs, qui hébergent les cas les plus graves, accueillaient au total jeudi 3842 patients de la COVID-19. Ce chiffre décline depuis plusieurs jours même si, plus généralement, les hospitalisations continuent à augmenter.

Cette situation s’explique par les caractéristiques du variant Omicron, qui est certes beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, mais donne aussi moins de formes sévères de la maladie. Cela se traduit par des passages moins longs à l’hôpital et des admissions moins fréquentes en réanimation.

La population continue également à se tester massivement, même si les chiffres diminuent un peu. Plus de 11 millions de tests de dépistage de la COVID-19 ont été réalisés la semaine dernière, un peu moins que le record enregistré après la rentrée scolaire de janvier et en recul pour la première fois depuis la Toussaint.

« On va entrer dans une période contrastée », a résumé jeudi, dans un avis paru avant les annonces du gouvernement, le Conseil scientifique, qui conseille l’exécutif dans la gestion de la crise.

Se disant porteur d’un « double message d’espoir et de prudence », il estime que les hôpitaux devraient être en mesure de supporter la vague, mais seulement à condition que les Français restent vigilants en matière de gestes barrières.

Le Conseil scientifique répète qu’il est favorable au passeport vaccinal, le jugeant « justifié » pour pousser à la vaccination les Français à risque qui n’ont pas encore sauté le pas.