(Londres) La reine Élisabeth II a annulé son traditionnel séjour dans sa résidence de Sandringham, dans l’est de l’Angleterre, pour Noël, qu’elle fêtera cette année au château de Windsor, près de Londres, ont rapporté lundi les médias britanniques.

Publié le 20 déc. 2021
Agence France-Presse

La souveraine de 95 ans a pris cette « décision personnelle après mûre réflexion », a expliqué une source proche de la monarchie à l’agence britannique de presse PA, pour qui ce choix « reflète une approche prudente ».  

« Des membres de la famille (royale) viendront à Windsor pendant la période de Noël », assure cette même source anonyme, selon qui « les précautions raisonnables et toutes les directives appropriées seront suivies ».  

La monarque, à qui ses médecins ont conseillé en octobre de se reposer après une nuit passée à l’hôpital, et les membres rapprochés de la famille royale passent traditionnellement Noël à Sandringham, où ils se rendent à l’église le jour de Noël.  

La reine avait déjà renoncé par précaution à organiser sa traditionnelle réunion de famille qui devait réunir une cinquantaine de personnes ce mardi au château de Windsor, désormais sa résidence principale, pour la première fois depuis la mort de son époux Philip en avril.

Face à la flambée du variant Omicron au Royaume-Uni, qui a enregistré lundi 91 743 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures, des Britanniques s’inquiètent et annulent leurs sorties pour préserver leur Noël en famille, mais d’autres se disent hostiles à de dures restrictions.

Lundi, le premier ministre britannique Boris Johnson a averti qu’il « n’hésiterait pas à prendre des mesures » plus restrictives pour endiguer la propagation du variant Omicron, sans pour autant procéder au tour de vis réclamé par certains.

« Pour le moment, nous voulons que les gens se concentrent sur la prudence », a dit le dirigeant conservateur aux télévisions à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire, citant la ventilation et le port du masque.

Selon les autorités, au moins quatorze personnes contaminées par le variant Omicron de la COVID-19 sont pour l’instant mortes et 129 sont hospitalisées au Royaume-Uni, l’un des pays déjà parmi les plus touchés par la pandémie en Europe avec plus de 147 000 morts (+44).