(Londres) L’émir de Dubaï Mohammed ben Rached al-Maktoum a autorisé le piratage du téléphone de son épouse la princesse Haya de Jordanie et de ceux de ses avocats britanniques, a jugé mercredi la Haute cour de Londres, où les deux parents se disputent la garde de leurs enfants.

Agence France-Presse

Le chef du gouvernement des Émirats arabes unis, âgé de 72 ans, a donné son « autorisation expresse ou implicite » pour que le téléphone de sa sixième épouse, la princesse Haya Bint Al Hussein, soit infiltré avec le logiciel espion Pegasus, des faits découverts en août 2020, a affirmé la Cour.

« Campagne de peur et d’intimidation »

Il a également autorisé l’introduction de ce logiciel dans les téléphones des avocats, de l’assistant personnel et de deux membres de l’équipe de sécurité de sa femme de 47 ans, contre qui il a mené une « campagne de peur et d’intimidation ».  

PHOTO TOLGA AKMEN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

La princesse Haya, demi-sœur du roi de Jordanie Abdallah II et sixième femme de l’émir de Dubaï, photographiée à Londres, où elle a fui son époux.

Une fois installé, Pegasus peut suivre la localisation d’une personne, lire ses textos et ses courriels, écouter les appels, enregistrer l’activité en direct ainsi qu’accéder aux applications, aux photos et faire fonctionner la caméra et le microphone à distance.

Il n’a pas été prouvé que le piratage était lié à la bataille juridique qui l’opposait alors au Royaume-Uni à sa femme pour obtenir le retour à Dubaï de leurs deux enfants — Al Jalila, 13 ans, et Zayed, neuf ans —, mais un volume « très important » de 265 mégaoctets de données a été extrait du téléphone de la princesse Haya (soit 24 heures d’enregistrement vocal ou 500 photographies).

Même si la surveillance a sans doute été « effectuée par des serviteurs ou des agents du père », l’émir de Dubaï « est prêt à utiliser le bras de l’État pour obtenir ce qu’il considère comme juste », a dénoncé mercredi le juge Andrew McFarlane.  

Mariage forcé

« Il a harcelé et intimidé la mère avant son départ pour l’Angleterre et depuis », a-t-il souligné, et « est prêt à tolérer que ceux qui agissent en son nom le fassent de manière illégale au Royaume-Uni. »

La princesse, demi-sœur du roi de Jordanie Abdallah II, a quant à elle demandé une mesure de protection contre un mariage forcé qui pourrait concerner un des deux enfants, ainsi qu’une mesure de protection pour elle-même, après avoir fui début 2019 les Émirats arabes unis pour l’Angleterre.

Pegasus est un produit de la société israélienne NSO, qui s’est retrouvée au cœur d’une tempête cet été après une enquête journalistique affirmant que le logiciel avait été utilisé par des clients de NSO pour espionner des politiciens, des chefs d’entreprises ou des journalistes notamment.

Une source proche de NSO a déclaré à l’AFP que la fourniture des services Pegasus à l’émir avait été coupée en décembre 2020. Le groupe affirme en effet qu’il suit des procédures très strictes pour éviter les usages qui seraient illégitimes de son produit. Il affirme également qu’il fournit le logiciel, mais ne l’exploite pas lui-même.

Jusqu’ici, « NSO n’a pas hésité à couper les systèmes d’anciens clients, représentant plus de 300 millions de dollars », a déclaré un porte-parole.