(Londres) Des policiers ont été blessés vendredi lors d’altercations avec des manifestants anti-vaccins à Londres survenues au moment où le gouvernement doit décider s’il étend la vaccination anti-COVID-19 19 aux 12-15 ans.  

Publié le 3 sept. 2021
Agence France-Presse

Des manifestants anti-vaccins ont tenté dans l’après-midi de s’introduire dans le bâtiment abritant l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) située dans le quartier de Canary Wharf (est). La MHRA est chargée de donner son approbation, ou non, aux différents vaccins contre la COVID-19.

La police de Londres, la Met, a indiqué avoir déployé « un certain nombre d’agents » afin de « protéger l’entrée » du bâtiment.

Le groupe de manifestants s’est ensuite déplacé dans un autre quartier de Londres, à South Kensington, a expliqué la Met sur Twitter.  

« Un certain nombre de manifestants sont devenus violents envers la police. Quatre de nos agents ont été blessés lors d’affrontements », a tweeté la police, dénonçant des faits « inacceptables ».

Elle a ensuite précisé que dix personnes avaient été arrêtées.

Le 23 août, plusieurs dizaines de manifestants opposés aux restrictions anti-COVID-19 et à la campagne de vaccination avaient forcé l’entrée d’un immeuble de Londres abritant le siège d’ITN, lieu de production des informations des chaînes de télévision ITV, Channel 4 et Channel 5. Cette manifestation est intervenue au moment où la campagne de vaccination venait d’être étendue aux 16-17 ans.

La vaccination contre la COVID-19 n’est pas obligatoire au Royaume-Uni, où plus de 133 000 personnes atteintes de la COVID-19 sont décédées. Le mouvement anti-vaccin est resté très limité dans le pays et environ 90 % des adultes ont reçu au moins une dose.