(Istanbul) Ankara a critiqué le projet américain de recourir à des pays tiers tels que la Turquie pour relocaliser des milliers d’Afghans dont les liens avec les États-Unis leur font courir le risque de représailles des talibans.

Agence France-Presse

Le département d’État a annoncé lundi un nouveau programme d’admission des réfugiés aux États-Unis pour les Afghans, moins d’un mois avant la date butoir, le 31 août, pour le retrait total des forces américaines d’Afghanistan.

Ce programme concerne les interprètes qui ont travaillé avec les forces américaines, les Afghans impliqués dans des projets financés par les États-Unis et le personnel afghan employé par des ONG ou organisations médiatiques basées aux États-Unis.

Il implique une relocalisation des Afghans dans des pays tiers de la région pour environ un an, le temps que le processus administratif arrive à son terme.

Mais la Turquie, qui héberge déjà plus de quatre millions de réfugiés, la plupart venus de la Syrie en guerre, a affirmé ne jamais avoir été consultée. Elle craint un nouvel afflux de réfugiés d’Afghanistan avec la fin imminente du retrait des troupes américaines.

« Il est inacceptable de chercher une solution au problème dans notre pays sans le consentement de notre pays », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué tard mardi soir.

Le département d’État a cité la Turquie, mais aussi le Pakistan, comme des lieux possibles de relocalisation pour les Afghans. Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a toutefois assuré jeudi que Washington n’avait « dirigé personne vers un pays spécifique ».

« Nous regrettons que nos déclarations aient soulevé des inquiétudes », a-t-il ajouté, exprimant la « gratitude » des États-Unis envers la Turquie pour son accueil de millions de réfugiés.

Le ministère turc des Affaires étrangères a également estimé que le projet américain entraînerait « une grosse crise migratoire dans notre région ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué que des responsables turcs menaient des discussions de haut rang avec leurs homologues afghans sur ce dossier.

Ce dossier devrait aussi être abordé lors de discussions entre Ankara et Bruxelles concernant la révision d’un accord noué en 2016 en vertu duquel la Turquie recevait une aide pour l’accueil de migrants voulant se rendre en Union européenne.

Interrogé sur le nombre d’Afghans arrivés en Turquie, un haut responsable du département d’État a indiqué lundi : « Je n’ai pas les chiffres sur la Turquie. Je dirais que nous n’avons pas vu de flux importants, mais nous avons vu un certain nombre de personnes » s’y rendre.

Le ministère turc des Affaires étrangères a indiqué que si les États-Unis voulaient prendre en charge des Afghans, ils pouvaient le faire via « des vols directs ».