(Varsovie) La Pologne a indiqué lundi qu’elle allait renforcer la sécurité de ses centres de vaccination, au lendemain de l’incendie de deux centres par des militants anti-vaccin et une semaine après une rixe dans un autre.

Agence France-Presse

« Malheureusement, ces incidents se répètent », a déclaré le premier ministre Mateusz Morawiecki à la presse.

« Ils seront tous sévèrement punis, conformément à la législation actuelle, et nous allons par ailleurs prendre des mesures pour renforcer la sécurité de tous ces centres », a-t-il ajouté.

Le chef de la police Jaroslaw Szymczyk a indiqué que les auteurs avaient incendié un centre de vaccination mobile et un bureau occupé par une agence locale d’épidémiologie dimanche dans la ville de Zamosc, dans l’est de la Pologne.

Les deux incendies n’ont pas fait de victime.

M. Szymczyk a qualifié ces incidents d’« extrêmement choquants » et annoncé la présence d’une sécurité « jour et nuit » dans les centres de vaccination.

« Malheureusement, nous observons une escalade dans la brutalité, dans la violence même, des comportements des groupes anti-vaccin », a-t-il affirmé.

En juillet, la police avait dû intervenir sur deux incidents impliquant des anti-vaccins, dont une tentative la semaine dernière par des militants d’entrer de force dans un centre de vaccination à Grodzisk Mazowiecki, près de Varsovie. L’action avait mené à une rixe entre les militants et les agents de sécurité et le personnel médical du centre.

Le gouvernement encourage les Polonais à continuer de se faire vacciner, mais le rythme des vaccinations a fortement ralenti et reste relativement faible dans le sud et l’est du pays.

De nombreux centres de vaccinations doivent fermer faute de demande.

Près de 50 % de la population est complètement vaccinée en Pologne. Selon des sondages, près d’un quart des Polonais sont contre le vaccin ou hésitent à se faire vacciner.