(Paris) Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) s’est dit « choqué » mercredi par le détournement et la falsification des symboles de la persécution des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, jugeant « honteuse » la comparaison entre le passeport sanitaire et l’étoile jaune.

Agence France-Presse

Plus de 110 000 personnes ont manifesté samedi à travers la France pour dénoncer la vaccination, le passeport et une « dictature » sanitaires. Certains ont arboré des « étoiles jaunes » symboles de la persécution des juifs et des crimes nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’ensemble de la classe politique française a critiqué ce rapprochement entre l’extension du passeport sanitaire et la Shoah.

PHOTO SÉBASTIEN SALOM-GOMIS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Une association juive de France dénonce l’utilisation par le mouvement antivaccin de l’étoile jaune, qui compare les non-vaccinés aux déportés de la Shoah.

Dans un communiqué mercredi, le CRIF s’est dit « choqué et révolté par le détournement et la falsification des symboles de la persécution des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale ».  

« Trois jours après la commémoration de la tragédie du Vel d’Hiv, malgré l’indignation, les dénonciations et condamnations, les montages photographiques comparant les non-vaccinés aux déportés de la Shoah se poursuivent sur les réseaux sociaux et dans les manifestations », écrit-il.

La comparaison entre le passeport sanitaire et l’étoile jaune est « une honteuse instrumentalisation de l’Histoire et un outrage aux victimes de la barbarie nazie et à leurs descendants », note-t-il encore, appelant « l’ensemble des réseaux sociaux à la plus grande vigilance face au risque évident de débordement inhérent à ces manipulations inacceptables ».