(Vilnius) Le détournement d’un vol Ryanair par la Biélorussie la semaine dernière était un acte de « piraterie d’État », a déclaré lundi à l’AFP le commissaire européen Thierry Breton, après avoir rencontré certains de ses passagers en Lituanie.

Publié le 31 mai 2021
Agence France-Presse

« C’est un incident inacceptable. Il y a eu un détournement, non seulement d’un avion de l’UE avec des passagers européens, mais aussi un détournement des valeurs européennes et cela nous ne le tolérerons pas », a déclaré le commissaire pour le Marché intérieur.  

Le vol Athènes-Vilnius du 23 mai a été contraint d’atterrir à Minsk et le journaliste dissident Roman Protassevitch et sa compagne Sofia Sapega, tous les deux à bord de l’appareil, ont été arrêtés par les autorités biélorusses, provoquant un tollé mondial.  

L’Europe « a été attaquée par cet acte de piraterie d’État. Nous ne laisserons pas cela impuni », a insisté M. Breton, ajoutant que l’UE travaillait à l’élaboration de sanctions économiques supplémentaires à l’encontre de la Biélorussie.  

Lors d’une visite en Estonie lundi, Svetlana Tikhanovskaïa, cheffe de l’opposition biélorusse en exil, a discuté d’éventuelles sanctions économiques de l’UE avec la présidente estonienne Kersti Kaljulaid.  

Le président biélorusse Alexandre « Loukachenko a conduit la Biélorussie sur la voie de l’autodestruction, par l’envie du pouvoir et de la gloire personnels », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec Mme Kaljulaid.  

« Son régime constitue désormais une menace pour la sécurité régionale et européenne », a-t-elle ajouté.

Mmes Tikhanovskaïa et Kaljulaid étaient toutes deux vêtues de blanc, dans un décor de fleurs blanches et rouges qui sont celles de l’ancien drapeau biélorusse, utilisé aujourd’hui par l’opposition.