(Istanbul) Un tribunal turc a accepté un acte d’inculpation réclamant plus de quatre ans de prison contre le maire d’Istanbul, un rival du président Recep Tayyip Erdogan, pour des propos jugés insultants envers de hauts fonctionnaires, ont rapporté vendredi les médias.

Agence France-Presse

Une peine de prison de quatre ans et un mois a été requise par le procureur contre le maire, Ekrem Imamoglu, pour avoir qualifié « d’idiote » la décision des membres du Haut conseil électoral d’invalider le résultat des élections municipales du 31 mars 2019 qu’il avait remportées.

Alors qu’il avait une avance de 13 000 voix seulement face au candidat du parti au pouvoir soutenu par M. Erdogan lors du scrutin invalidé, M. Imamoglu a devancé son adversaire de près de 800 000 voix lors de nouvelles élections qui s’étaient tenues en juin de la même année.  

Affirmant que ses propos contre l’autorité électorale étaient simplement une « critique virulente », M. Imamoglu a rejeté l’accusation d’insulte.  

Issu du principal parti d’opposition, le CHP (social-démocrate), M. Imamoglu est considéré comme l’un des opposants les plus en vue du président Erdogan.

Il est régulièrement visé par des enquêtes administratives ou judiciaires, la dernière datant du début mai pour avoir eu une attitude « irrespectueuse » en se tenant les mains dans le dos pendant la visite du mausolée d’un sultan.

Souvent décrit par les observateurs comme un potentiel rival de M. Erdogan à la présidentielle de 2023, M. Imamoglu a ainsi infligé une humiliante défaite au chef de l’État en mettant fin à 25 ans de règne des islamo-conservateurs à la tête de la plus grande ville de Turquie.