(Bucarest) Les dirigeants de neuf pays d’Europe centrale et de l’est réunis en visioconférence lundi à Bucarest ont dénoncé les « actions agressives » de Moscou à l’égard de l’Ukraine et les « actes de sabotage » ayant visé par le passé la République tchèque et attribués à la Russie.

Agence France-Presse

« Les actions agressives de la Russie et le renforcement de sa capacité militaire dans le voisinage immédiat de l’OTAN, y compris la récente escalade en mer Noire, aux frontières de l’Ukraine et en Crimée illégalement annexée, continuent à menacer la sécurité euro-atlantique », ont indiqué les neuf chefs d’État dans une déclaration commune adoptée à l’issue de ce sommet virtuel.

Les participants, rejoints en ligne par le président américain Joe Biden et par le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, ont « condamné les actes de sabotage perpétrés par la Russie sur le territoire de l’Alliance », en référence à l’explosion en 2014 d’un dépôt de munitions en République tchèque, provoquant la mort de deux personnes.

Quatre explosions en Bulgarie

Ils ont également fait part de leur « inquiétude » quant à un « comportement similaire » de la Russie en Bulgarie, évoquant une enquête menée par les procureurs bulgares visant quatre explosions survenues entre 2011 et 2020 dans des dépôts de munitions.

Alors que plusieurs pays d’Europe centrale et de l’est ont expulsé le mois dernier des diplomates russes en solidarité avec la République tchèque, Moscou a qualifié d’« absurdes » les accusations de Prague, expulsant à son tour des diplomates européens.  

Le président roumain Klaus Iohannis, hôte de ce sommet aux côtés de son homologue polonais Andrzej Duda, a pour sa part déclaré avoir « plaidé pour un renforcement de la présence militaire alliée, y compris des États-Unis, en Roumanie et au sud du flanc oriental » de l’Alliance nord-atlantique.

Le sommet annuel baptisé « B9 » et regroupant la Bulgarie, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie et la République tchèque, a lieu à un mois du sommet de l’OTAN, prévu le 14 juin à Buxelles en présence du président Biden.