(Venise) En ces temps de pandémie, on ne peut guère faire plus vénitien : pour toute cette journée du lundi de Pâques, les habitants les plus âgés de deux îles de la lagune se font vacciner sur un vaporetto.

Andréa Pattaro
Agence France-Presse

Transformé en clinique flottante pour la journée, l’un de ces solides « autobus » des canaux va à la rencontre des personnes âgées de plus de 80 ans qui vivent sur les îles Sant’Erasmo et Vignole.

Ces îles ne comptent en effet pas de centre de vaccination, et se déplacer vers une autre île peut être compliqué, surtout pour les plus âgés. S’ils ne peuvent aller jusqu’au vaccin, il a donc été décidé que ce serait la vaccination qui viendrait jusqu’à eux.

Cette initiative « a un double objectif », a expliqué la municipalité de Venise dans un communiqué. « Il s’agit à la fois de faire en sorte que les gens s’habituent à l’idée de se faire vacciner, et en même temps de permettre aux plus âgés, pour qui les transports peuvent être difficiles, de le faire à quelques pas de chez eux ».

L’Italie, en pleine campagne de vaccination, utilise de nombreux sites publics, et on peut ainsi voir à Naples les volontaires se faire piquer sous le regard de la magnifique princesse Danae (nue) du Titien, au musée de Capodimonte, tandis que près de Milan, c’est sur le mythique circuit automobile de Monza, où se tient chaque année le grand prix d’Italie, que l’on vient se faire vacciner.

À Venise, à l’intérieur du vaporetto, une petite table et une chaise sont installées dans un coin, isolées pour respecter l’intimité. Ceux qui ont rendez-vous attendent sur la rive, sous des toiles d’ombrage.

« C’est plutôt sympa », raconte Mario Cavagnis, qui vient de recevoir sa première dose d’AstraZeneca. « C’est un vaporetto normal, ils en ont juste fait une petite clinique ».

Et comment se sent-il ? « Là, je n’ai pas mal au bras. Pour l’instant, tout va bien », conclut-il avec le sourire.