(Moscou) Le dernier dirigeant de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev, a appelé samedi les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Joe Biden, à se rencontrer pour progresser en matière de désarmement, malgré des relations au plus bas.

Agence France-Presse

« Je crois qu’il est impératif que les présidents se rencontrent. L’expérience montre qu’il est nécessaire de se rencontrer et de négocier », a indiqué M. Gorbatchev, cité par l’agence de presse russe Interfax.

« Il est clair que l’essentiel est d’éviter la guerre nucléaire. Puisqu’un tel problème doit être évité, il est impossible de le résoudre seul, il faut se rencontrer », a-t-il poursuivi, estimant que « si le désir de parvenir au désarmement et de renforcer la sécurité prévaut, alors beaucoup peut être accompli ».

Mikhaïl Gorbatchev, âgé de 89 ans, avait déjà appelé en janvier « une normalisation des relations » entre les États-Unis et la Russie, se disant « grandement inquiet ».

PHOTO PIERRE MCCANN, ARCHIVES LA PRESSE

L'ex-dirigeant Mikhail Gorbatchev

Les relations entre Moscou et Washington sont plombées par des crises à répétition, de l’Ukraine à la Syrie en passant par des accusations d’ingérence électorale, d’espionnage ou plus récemment de cyberattaques.

Les deux puissances sont toutefois parvenues à trouver in extremis en janvier un accord sur la prolongation de l’important traité de désarmement nucléaire New Start, signé en 2010 et qui était alors menacé d’expiration.

Sa prolongation a soulevé l’espoir d’une amélioration du dialogue entre Washington et Moscou après l’arrivée au pouvoir de Joe Biden, même si les deux puissances ont prévenu qu’elles se montreraient fermes sur leurs intérêts nationaux.