(Madrid) Le variant du coronavirus détecté en novembre au Royaume-Uni « circule déjà largement » en Espagne et est responsable de 20 à 25 % des nouvelles infections, a indiqué jeudi le directeur des urgences sanitaires du gouvernement espagnol.

Agence France-Presse

« Le variant britannique circule déjà largement en Espagne », a déclaré le Dr Fernando Simón lors d’une conférence de presse. « Des estimations font état d’une proportion de 20 à 25 % au niveau national, et de près de 50 % dans certaines régions ».  

Les autres variants connus sont très peu présents, avec seulement sept cas détectés du variant sud-africain et trois du variant brésilien, tous importés par des voyageurs, a ajouté le médecin.

Pour éviter la propagation de ces variants, l’Espagne a interdit les arrivées aériennes du Royaume-Uni, de l'Afrique du Sud et du Brésil, sauf aux personnes ayant la nationalité ou la résidence en Espagne et en Andorre.

De plus, dans le cas du Brésil et de l’Afrique du Sud, les voyageurs doivent se conformer à une quarantaine obligatoire de 14 jours à partir de lundi, une mesure qui ne s’applique pas dans le cas du Royaume-Uni.

« Pour le moment, contrôler l’entrée du variant britannique n’a guère de sens » étant donné qu’il est déjà fortement présent en Espagne, a indiqué le Dr Simón.

Le médecin avait auparavant estimé que le variant britannique pourrait être majoritaire en Espagne d’ici au mois de mars.  

L’Espagne, l’un des pays européens les plus durement touchés, compte plus de 66 700 décès et 3,1 millions de cas.