(Paris) Le gouvernement prépare les esprits à de nouvelles restrictions sanitaires, dont un possible troisième confinement, après avoir pris acte que le couvre-feu à 18 h ne suffisait pas face aux variants plus contagieux du virus de la COVID-19.

Publié le 28 janv. 2021
Andréa BAMBINO Agence France-Presse

Emmanuel Macron pourrait annoncer cette fin de semaine ou lundi ces mesures, qui feront l’objet d’un débat et d’un vote symbolique au Parlement la semaine prochaine, a-t-on appris de plusieurs responsables politiques ayant participé jeudi à des réunions avec le premier ministre Jean Castex.

Une succession de concertations menées au bureau du premier ministre Castex ont fait émerger « un consensus autour de la fragilité de la situation épidémique, et un second consensus (sur) la nécessité de prendre des mesures supplémentaires pour freiner la circulation du virus dans les prochains jours », a rapporté le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l’issue des réunions.

PHOTO JOËL SAGET, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Les variants du virus sont susceptibles d’entraîner une vague épidémique très forte, plus forte encore que les précédentes, prévient le ministre de la Santé Olivier Véran.

L’hypothèse d’un troisième confinement a constamment plané sur les échanges. Il pourrait se décider samedi après une réunion « sur les effets du couvre-feu », a indiqué une source gouvernementale.

Variants : « vague épidémique très forte »

Les variants du virus, qui se sont diffusés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud et qui représenteraient désormais un dixième des cas en France (2000 par jour), « sont susceptibles d’entraîner une vague épidémique très forte, plus forte encore que les précédentes compte tenu de (leur) forte contagiosité », a mis en garde le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d’un point presse jeudi après-midi.

Dans l’immédiat, « nous ne sommes pas à proprement parler dans une vague épidémique […] mais le virus circule à un niveau élevé », « il diffuse plus vite chaque semaine » et l’efficacité du couvre-feu à 18 h « s’estompe », a ajouté le ministre.

Contaminations en hausse

Selon les données de Santé publique France, un peu plus de 141 000 personnes ont été déclarées positives la semaine dernière (une moyenne de 20 100 par jour), contre 128 000 la semaine précédente (une moyenne de 18 300 par jour).

PHOTO ÉRIC GAILLARD, ARCHIVES REUTERS

Un centre de vaccination à Cannes.

« Il est évidemment possible de réfléchir à allonger les vacances d’un côté ou de l’autre. Mais notre objectif est que les enfants puissent continuer à apprendre », a confirmé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, alors que le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer milite pour « préserver les calendriers autant qu’on peut ».

Des discussions sont également en cours sur un éventuel durcissement du protocole sanitaire dans les commerces, notamment les grandes surfaces alimentaires, a indiqué le président de l’enseigne Système U, Dominique Schelcher.

Confinement total réclamé par des médecins

Alors qu’un nouveau confinement était présenté en fin de semaine dernière comme nécessaire par le président du conseil scientifique, le Dr Jean-François Delfraissy, le gouvernement a temporisé, disant vouloir attendre les résultats du couvre-feu à 18 h avec deux semaines de recul (c’est-à-dire ce week-end), et de nouvelles données sur la propagation des variants anglais et sud-africain plus contagieux.

PHOTO THOMAS SAMSON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Dr Jean-Francois Delfraissy.

L’exécutif cherche un « point d’équilibre », avec la nécessité de « protéger les Français » sans toutefois « mettre le pays sous cloche », a expliqué le patron des députés LREM Christophe Castaner. Le tout sur fond d’interrogations sur un ras-le-bol de la population face aux restrictions sanitaires, alors que les cafés, restaurants et lieux culturels n’ont jamais rouvert depuis leur fermeture fin octobre.

Chaque jour apparaissent de nouveaux indicateurs de dégradation économique : ainsi, la construction de logements a baissé de 6,9 % en 2020 et la tendance s’annonce encore pire pour les mois à venir, selon des chiffres officiels de jeudi du gouvernement. La veille, les chiffres de l’emploi ont montré que le nombre de chômeurs a augmenté de 7,5 % en 2020 par rapport à l’année précédente.

Étudiants

La situation des étudiants, privés de présentiel depuis bientôt trois mois, de plus en plus isolés et précarisés, inquiète aussi.

PHOTO PASCAL GUYOT, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Des étudiants ont manifesté dans toute la France le 26 janvier. Ci-haut, la manifestation organisée à Montpellier.

Pour le président du conseil scientifique le Dr Jean-François Delfraissy, qui émet des recommandations au gouvernement sur l’épidémie de coronavirus, « nous sommes véritablement » face « à une question quasi éthique de politique générationnelle, entre continuer à préserver la santé des plus anciens, mais peut-être au détriment de la santé des plus jeunes ».

Les hôpitaux ont enregistré 11 219 nouvelles hospitalisations de malades de la COVID-19 sur les sept derniers jours, contre 11 271 mercredi. Parmi eux, 1800 ont dû être admis dans un service de réanimation, contre 1789 la veille (total sur sept jours).

Le ministère de la Santé prévoit que 2,4 millions d’injections de vaccins contre la COVID-19 seront réalisées en février, dont 1 million de premières injections, contre 1,35 million de doses au total au cours du premier mois de la campagne de vaccination.