(Moscou) Bannir des réseaux sociaux le président sortant américain Donald Trump est comparable à une « explosion nucléaire » dans le cyberespace, a estimé jeudi la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

Agence France-Presse

Les principaux réseaux sociaux ont suspendu les comptes de M. Trump, qui y a des millions d’abonnés, après l’attaque du Capitole, en accusant le locataire de la Maison-Blanche d’avoir chauffé à blanc ses partisans par la contestation des résultats de l’élection présidentielle.  

« La décision des plateformes internet américaines de bloquer le chef de l’État pourrait être comparée à une explosion nucléaire dans le cyberespace », a écrit Mme Zakharova sur sa page Facebook.

« Ce ne sont pas les destructions qui font peur, mais les conséquences », a-t-elle assuré, en estimant qu’un « coup a été porté aux valeurs démocratiques prônées par la société occidentale ».

Facebook et Twitter notamment, ont suspendu indéfiniment le compte de Donald Trump, qui n’a pas cessé depuis des mois de jeter le discrédit sur le processus électoral américain, et d’accuser sans preuve les démocrates de lui avoir « volé l’élection ».

Pour justifier leur décision, les deux réseaux ont notamment fait référence à des risques de violences futures, d’ici la cérémonie d’investiture du président désigné Joe Biden.

La décision du réseau social a été accueillie fraîchement, y compris par certains dirigeants européens comme Angela Merkel, qui a jugé cette décision « problématique », car elle montre la toute-puissance des plateformes en termes de liberté d’expression.