(Londres) Le Royaume-Uni, confronté à une flambée des cas de COVID-19 ces dernières semaines, a enregistré mercredi 1564 morts supplémentaires de la COVID-19, un record depuis le début de la pandémie.

Agence France-Presse

Cela porte le bilan total dans ce pays à 84 767 décès dans les 28 jours suivant un test positif, soit le plus élevé en Europe, selon le ministère de la Santé.

84 767 décès, 3 211 576 cas

Le nombre des cas recensés en 24 heures a été de 47 525, portant le total des personnes infectées au Royaume-Uni à 3 211 576.  

Reconfiné pour la troisième fois depuis début janvier, ce pays est confronté à une forte hausse des contaminations attribuée à un variant du nouveau coronavirus considéré comme jusqu’à 70 % plus contagieux par les autorités sanitaires britanniques.  

Cette envolée du nombre des cas et des décès exerce une forte pression sur les hôpitaux, dont les soins intensifs connaissent actuellement un risque « très substantiel » d’être submergés, a prévenu mercredi le premier ministre Boris Johnson, interrogé par le comité de liaison regroupant les présidents des différentes commissions parlementaires.  

« La situation est très, très difficile » pour le service public de santé, a-t-il poursuivi, estimant toutefois que le confinement et les restrictions locales qui l’ont précédé commençaient à produire « certains effets ».  

Dans l’espoir de pouvoir lever progressivement le confinement, le Royaume-Uni a lancé un ambitieux programme de vaccination massive, avec l’objectif d’immuniser 15 millions de personnes d’ici à la mi-février, dont les soignants et les plus de 70 ans.  

Plus de 2,6 millions de personnes ont déjà été vaccinées depuis le lancement de la campagne le 8 décembre. Elle est menée avec deux vaccins, le Pfizer/BioNTech et l’AstraZeneca/Oxford.