(Cité du Vatican) Le pape François a annoncé samedi qu’il se ferait vacciner « la semaine prochaine », dans un entretien avec la chaîne italienne de télévision Canale 5, estimant que l’opposition au vaccin contre le Covid traduit un « négationnisme suicidaire ».

Agence France-Presse

« La semaine prochaine, nous commencerons à le faire ici (au Vatican, NDLR) et j’ai pris rendez-vous, il faut le faire », dit-il dans cet entretien qui doit être diffusé dimanche soir mais dont des extraits ont été publiés par la chaîne.

Face au vaccin, « il y a un négationnisme suicidaire que je ne saurais pas expliquer, mais aujourd’hui il faut se faire vacciner ».

« Je crois que d’un point de vie éthique tout le monde doit se faire vacciner, c’est un choix éthique, parce ce qu’on met à risque sa santé, sa vie, mais aussi la vie des autres », explique-t-il dans cet entretien.

« Quand j’étais enfant, je me souviens qu’il y a eu l’épidémie de poliomyélite, à cause de laquelle beaucoup d’enfants sont restés paralysés et on attendait désespérément un vaccin […] Quand le vaccin est sorti on le donnait avec du sucre », se remémore le pape argentin. « Puis nous avons grandi à l’ombre des vaccins, contre la rougeole, contre ceci, contre cela, des vaccins qu’on faisait aux enfants ».

« Je ne sais pas pourquoi quelqu’un dit : “Non, le vaccin est dangereux”, mais si les médecins le présentent comme une chose qui peut être bien, qui ne présente pas de risques particuliers, pourquoi ne pas le faire ? » s’interroge le pape François.

Ces déclarations interviennent alors que le Vatican a annoncé samedi le décès à 78 ans du médecin personnel du pape, Fabrizio Soccorsi, à la suite « de complications dues à la COVID-19 » alors qu’il était « hospitalisé pour une pathologie cancéreuse ». Fabrizio Soccorsi était le médecin personnel du pape François depuis 2015.