(Madrid) En Espagne, la vraie vedette pour les enfants n’est pas le père Noël. Mais les Rois mages, dont les traditionnels défilés majestueux du 5 janvier ont été totalement sabotés cette année par la pandémie.

Marie GIFFARD
Agence France-Presse

Décidées à sauver cette tradition, les villes du pays se sont toutefois creusé la tête pour maintenir coûte que coûte ce rendez-vous incontournable pour les familles espagnoles.

En hélicoptère, en montgolfière, en bateau… : l’arrivée de Melchior, Gaspard et Balthazar, qui apportent les cadeaux à la veille de l’Epiphanie, est habituellement l’occasion de parades féériques, de fastueux défilés dans les villes et les quartiers d’Espagne, qui rivalisent d’imagination.

Mais en 2021, point de chars dans les centres-villes, ni de bonbons jetés à des centaines de milliers d’enfants agglutinés derrière les barrières, les foules étant la hantise absolue des autorités, en pleine reprise de l’épidémie.

L’arrivée des Rois mages en direct à Barcelone

À Barcelone, les organisateurs ont planché « dès l’été » sur l’organisation de ces célébrations, conscients qu’elles ne pourraient se tenir normalement.

« C’est une fête super traditionnelle, une folie absolue, avec des danses, des carrosses, des lumières… On est tous les uns sur les autres chaque année », avec 700 000 personnes rassemblées sur trois kilomètres dans la métropole catalane, rappelle Esteve Caramés, responsable des festivités des Rois mages à Barcelone.

Les autorités sont parvenues à maintenir la tradition et les Rois mages, tous trois masqués, sont arrivés en bateau le matin dans le port de la ville, selon des images retransmises en direct à la télévision. Leur déambulation, ou parade, a en revanche été préalablement enregistrée avant d’être diffusée mardi soir.

Et pour faire patienter les enfants, Barcelone avait installé un parc d’attraction sur les Rois mages à l’air libre avec une jauge de 400 personnes : décors, musique et lumières mais sans acteurs, et avec l’impossibilité de toucher quoi que ce soit pour les visiteurs.

Les 50 000 entrées gratuites entre le 28 décembre et le 5 janvier ont été écoulées en 4 heures.

De façon surprenante, l’édition 2021 coûte plus cher : « environ 1,2 million » d’euros (1,8 million dollars canadiens) en raison de l’étirement de la durée des festivités, contre 800 000 euros (1,2 million $ CAN) habituellement.

À Caceres (ouest), Séville ou encore Cordoba (sud), les Rois mages ont survolé la région à bord de trois montgolfières, selon des vidéos diffusées sur les comptes Twitter des villes.

Rois mages vaccinés

A Madrid, où a normalement lieu chaque année l’une des plus grandes parades du pays avec plusieurs centaines de milliers de spectateurs et des millions de friandises lancées à la foule, la mairie a opté pour un spectacle à huis clos dans un centre culturel sans public, retransmis en direct.

« C’est la nuit la plus particulière de l’année et nous avons voulu que la magie se sente dans toute la ville », avait déclaré dimanche Andrea Levy, adjointe à la Culture, et des feux d’artifice ont été tirés depuis plusieurs endroits de Madrid afin « d’annoncer la venue des Rois Mages ».

De nombreuses autres villes du pays ont choisi de filmer en amont ou en direct des défilés ou des spectacles comme Alcoi, dans le sud-est, dont la parade qui date de 1866 est l’une des plus anciennes du pays.

Beaucoup avaient également misé sur les réseaux sociaux en postant de nombreuses vidéos destinées aux enfants ou en organisant des jeux.

À Grenade, les Rois mages ont circulé dans un bus décapotable pendant quatre heures sans qu’il ne s’arrête, afin de ne pas créer de regroupements.

Enfin, les Rois mages se sont faits vaccinés contre la COVID-19 en costumes, à Tenerife, recevant comme l’explique Gaspard dans une vidéo diffusée par les autorités de Santé des Canaries, « un des grands cadeaux offerts par la science », avant d’entamer leur tournée.