(Moscou) La situation autour du coronavirus s’améliore en Russie, a affirmé jeudi Vladimir Poutine dont le pays est repassé pour la première fois depuis début mai sous les 10 000 nouveaux cas quotidiens.  

Agence France-Presse

« Ces dernières semaines, tous nos efforts étaient avant tout concentrés sur la lutte contre l’épidémie de coronavirus, la préparation des mesures d’urgence visant à soutenir l’économie et les citoyens », a lancé M. Poutine au cours d’une réunion diffusée à la télévision publique.

« Mais la situation change et nous permet de nous concentrer de nouveau sur les objectifs […] à long terme », a-t-il poursuivi pendant cette réunion en vidéo-conférence consacrée à la recherche génétique, dont il a jugé l’importance « comparable à celle des projets atomiques et spatiaux du XXe siècle ».

Ces déclarations interviennent après que 9974 nouveaux cas ont été recensés au cours des dernières 24 heures en Russie, qui reste le deuxième pays le plus touché du monde en nombre de personnes contaminées, 252 245 au total.

Depuis le 3 mai, quand 10 633 nouveaux cas avaient été recensés, elle a toujours enregistré quotidiennement plus de 10 000 malades supplémentaires.

La mortalité y est toutefois faible comparée à d’autres pays, avec 2305 morts officiellement recensées.

Au cours de la même réunion, Rinat Maksioutov, le directeur d’un important centre de recherche russe ayant son siège en Sibérie, Vektor, a annoncé que son laboratoire avait mis au point six prototypes de vaccins dont « trois prometteurs » pour lesquels des essais pré-cliniques sont censés finir en juin.

Ils seront suivis par des essais sur des humains impliquant environ 300 volontaires, a-t-il ajouté, disant espérer qu’un vaccin sera « enregistré » en septembre.

« J’espère vraiment que vos travaux seront terminés à la date que vous venez de mentionner, soit en septembre de cette année », a répondu M. Poutine.

La COVID-19 n’a pas épargné les élites politiques russes, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov ayant annoncé cette semaine être contaminé et hospitalisé.

Avant lui, le premier ministre Mikhaïl Michoustine avait déclaré, le 30 avril, avoir contracté cette maladie, tout comme les ministres de la Construction et de la Culture, cette dernière, Olga Lioubimova, ayant fait savoir jeudi qu’elle était guérie.

M. Poutine a par ailleurs annoncé qu’un quatrième membre du gouvernement, le ministre de l’Éducation, avait été déclaré positif.

Atteinte par le nouveau coronavirus après l’Europe occidentale, la Russie assure que la faible mortalité liée à la COVID-19 est due notamment à ses mesures préventives comme le dépistage massif pour isoler les cas suspects. Elle a aussi dès mars ordonné le confinement des voyageurs en provenance de pays touchés ainsi que des populations à risque et réorganisé son système hospitalier.

Des critiques jugent néanmoins la mortalité sous-évaluée, soupçonnant les autorités d’attribuer d’autres causes à des décès de malades de la COVID-19.