(Madrid) L’Espagne, qui vient d’entamer un déconfinement très prudent, va limiter strictement les entrées sur son territoire et imposer une quarantaine afin d’éviter l’importation de nouveaux cas de coronavirus, a annoncé mardi son gouvernement.

Agence France-Presse

Le pays, qui avait déjà fermé ses frontières terrestres le 17 mars, va rétablir également dès vendredi les contrôles aux frontières aériennes et maritimes, selon un texte publié au Journal officiel.

Ne seront autorisés à entrer sur le territoire que les Espagnols, les résidents en Espagne, les travailleurs transfrontaliers, les personnels soignants venant travailler ou toute personne venant pour un cas de « force majeure ».

Cette disposition durera jusqu’à la fin de l’état d’urgence, en vigueur jusqu’au 24 mai mais qui pourra être prolongé.

Les frontières extérieures de l’UE et de l’espace Schengen étant déjà fermées sauf exception, cette mesure concerne donc les ressortissants européens.

Les personnes autorisées à entrer sur le territoire espagnol, dont les Espagnols rentrant au pays, seront en outre soumis à une quarantaine de 14 jours, a encore dit le gouvernement.

Elles ne seront autorisées à sortir-dûment masquées-que pour acheter des produits de première nécessité, se faire soigner ou en cas de force majeure.  

Cette mesure ne concerne cependant pas les travailleurs transfrontaliers, les transporteurs de marchandises, les équipages de compagnies aériennes et les personnels soignants s’ils viennent pour travailler en Espagne, à condition qu’ils n’aient pas été en contact avec des personnes malades de COVID-19.

Ces nouvelles mesures ont été annoncées au lendemain du début du déconfinement dans une partie de l’Espagne.  

Ce déconfinement, qui n’a pas encore commencé à Madrid ou encore à Barcelone, doit s’étaler jusqu’à la fin juin.

« L’évolution favorable de la situation épidémiologique dans notre pays et le début du déconfinement exigent un renforcement des mesures de contrôle », a expliqué le gouvernement qui avait imposé mi-mars un des confinements les plus stricts au monde.

« C’est une mesure de précaution pour éviter évidemment que des personnes qui ont la maladie puissent venir dans notre pays », a expliqué devant la presse le ministre de la Santé, Salvador Illa.

Allemands et Français privés de résidence secondaire

Les étrangers possédant une maison en Espagne - tels les milliers d’Allemands ayant l’habitude de séjourner sur l’île de Majorque aux Baléares ou les Français ayant un pied-à-terre sur la Costa Brava - ne pourront pas s’y rendre puisque « le simple fait de posséder un logement ne prouve pas la résidence en Espagne », a souligné l’exécutif.

De telles arrivées d’étrangers seraient par ailleurs en contradiction avec les règles appliquées aux Espagnols eux-mêmes, qui n’ont pas le droit de gagner leur résidence secondaire située dans une autre province avant la fin du déconfinement, a rappelé le gouvernement.  

L’Espagne est l’un des pays du monde les plus affectés par la pandémie, qui a tué au moins 26 920 personnes à travers le pays, selon le dernier bilan du ministère de la Santé, qui a annoncé 176 nouveaux décès en 24 heures.

L’Espagne a enregistré mardi 228 030 cas confirmés de coronavirus, soit 426 de plus en 24 heures.  

Début mai, la France avait annoncé qu’elle imposait une quarantaine à toutes les personnes arrivant de l’étranger avant de préciser 24 heures plus tard que cette mesure ne s’appliquait pas aux voyageurs de l’espace Schengen.  

Le Royaume-Uni a aussi annoncé qu’il imposerait une mesure d’isolement de 14 jours aux personnes arrivant de l’étranger.