(Moscou) La Russie a enregistré jeudi un nouveau record de cas de coronavirus détectés, amenant Moscou, son principal foyer épidémique, à prolonger l’essentiel de ses mesures restrictives jusqu’au 31 mai et à n’engager qu’un timide déconfinement.

Antoine LAMBROSCHINI
Agence France-Presse

Un record quotidien de 11 231 infections à la COVID-19 a été atteint en Russie, selon les chiffres annoncés jeudi, tandis que la mortalité semble toujours rester faible, avec 88 décès en 24 heures, portant le total à 1625.

Avec désormais 177 160 cas recensés, la Russie dépasse la France pour se classer au 4e rang européen et au 5e rang mondial en nombre de contaminations, d’après le comptage établi par l’AFP.

Mais l’envolée de ce chiffre depuis une semaine s’explique, assurent les autorités, par la multiplication des tests effectués - 4,8 millions selon le comptage de jeudi - et non par une accélération de la propagation.

L’objectif de cette politique de dépistage est de traquer les cas asymptomatiques ou légers de la maladie de la COVID-19, qui ne sont pas nécessairement comptabilisés dans d’autres pays faute d’accès aux tests, afin de mettre en quarantaine ces patients, juguler la propagation du virus et éviter une deuxième vague épidémique.

Pour le maire de Moscou Sergueï Sobianine, qui pilote la cellule de crise nationale ainsi que dans la capitale, la forte hausse du nombre des personnes contaminées est donc une « très bonne chose », même si en termes de cas quotidiens, la Russie se classe au 2e rang mondial derrière les États-Unis.  

Ce dépistage accru explique aussi, affirment les autorités russes, la faible mortalité : avec 1625 morts, la Russie reste très loin des niveaux enregistrés en France (plus de 25 000 morts pour 174 000 cas) et même en Allemagne (7000 décès pour 166 000 malades).

Port du masque

Des experts soupçonnent cependant les statistiques russes d’être tronquées et que des morts dues à la COVID-19 ont pu être attribuées à d’autres causes.

Outre sa politique de dépistage, la Russie explique la faible mortalité par des mesures sanitaires prises très tôt, comme la fermeture des frontières et le confinement des populations jugées les plus à risque.

Moscou reste néanmoins de loin le principal foyer de la pandémie dans ce pays avec 92 676 cas et va donc reconduire au-delà du 12 mai, et au moins jusqu’au 31 mai, l’essentiel des mesures de confinement imposées depuis le 28 mars.  

Seul allègement prévu dans la capitale, la reprise des chantiers et du travail dans les usines pour 500 000 personnes, afin de soulager certaines des entreprises et certains des salariés dont les revenus ont fondu avec les mesures d’isolement social.

Ce retour s’accompagne du port obligatoire du masque et de gants de protection dans les transports en commun (de Moscou) et autres lieux publics.

La grande majorité de la population moscovite restera donc confinée, l’essentiel des bureaux et des commerces ainsi que tous les restaurants et les services à la personne demeureront fermés.  

« Ne rien précipiter »

« Si cette première étape d’allègement des restrictions est un succès, alors la probabilité d’arriver rapidement à une deuxième étape augmentera », a noté Sergueï Sobianine sur son site internet, appelant à un « strict » respect des mesures de confinement.  

Plus tôt dans la journée, il avait fait état de progrès sur le front médical.

Pour la première fois depuis fin mars, « aujourd’hui, le nombre des personnes quittant l’hôpital est plus important que le nombre de celles nouvellement hospitalisées ».

D’autres régions russes, moins affectées, devraient quant à elles pouvoir lever plusieurs restrictions la semaine prochaine, mais le déconfinement devra être lent.  

Le président Vladimir Poutine a réclamé mercredi à chaque entité régionale un « plan d’action », tout en leur intimant l’ordre de ne rien « précipiter ».