(Berlin) Le pape émérite Benoît XVI, connu pour ses positions traditionalistes, règle ses comptes avec ceux qui veulent le « faire taire » dans un livre paru lundi, où il compare le mariage homosexuel à l’« antéchrist » et dénonce les « idéologies humanistes ».

Agence France-Presse

Dans cette biographie autorisée publiée en Allemagne et intitulée « Benoît XVI Une vie », Joseph Ratzinger, 93 ans, qui a accordé un long entretien à l’auteur, se dit victime d’une « déformation malveillante de la réalité ».

« Le spectacle des réactions venues de la théologie allemande est tellement aberrant et malveillant que je préfère ne pas en parler », dit-il notamment à propos d’une polémique qu’avait suscitée en 2018 la publication d’un de ses textes jugés critiques à l’égard de la religion hébraïque.  

« Je préfère ne pas analyser les vraies raisons pour lesquelles on veut tout simplement faire taire ma voix », ajoute celui qui dans son pays notamment, où l’Église catholique est dirigée jusqu’ici par des prélats jugés réformistes, a souvent été critiqué pour ses positions sur les autres religions ou les sujets de société.

Le pape émérite, en fonction de 2005 à 2013,  s’est vu notamment reprocher de chercher à torpiller les efforts de modernisation de son successeur le pape François.

Dans l’ouvrage, il assure entretenir au contraire de bonnes relations avec lui. « Comme vous le savez, mon amitié personnelle avec le pape François n’est pas seulement restée, elle s’est développée », affirme-t-il.

Benoît XVI s’est retrouvé en février mêlé à une polémique au Vatican, lorsque son secrétaire particulier a été écarté de l’entourage du pape François.

Cette mise à l’écart a fait suite à la sortie très controversée d’un livre de ce secrétaire cosigné par le pape émérite et le cardinal guinéen ultraconservateur Robert Sarah, défendant avec force le célibat des prêtres, thème brûlant de l’Église.

Le livre est apparu pour certains comme une immixtion dans le pontificat du pape François, et pour d’autres comme un coup de semonce provenant de la frange traditionaliste de l’Église.

Au bout de 48 heures de remous, Benoît XVI avait demandé que son nom soit retiré de la couverture du livre, ainsi que de l’introduction et de la conclusion co-signées.  

Sur le fond, dans la biographie parue lundi, Benoît XVI réitère ses positions et en particulier son opposition au mariage homosexuel, où il voit l’œuvre de l’« Antéchrist », force maléfique cherchant à se substituer à Jésus Christ.

« Il y a cent ans, on aurait jugé encore absurde de parler de mariage homosexuel, aujourd’hui on est excommunié quand on s’y oppose », accuse-t-il. « C’est la même chose pour l’avortement ou la création des humains en laboratoire », ajoute-t-il.

« La société moderne est en train de formuler un credo antéchristique qui vaut d’être excommunié de la société lorsqu’on s’y oppose », affirme le pape émérite. À ses yeux « la vraie menace pour l’Église » c’est « la dictature mondiale d’idéologies prétendument humanistes ».