(Oslo) La Norvège, qui juge avoir enrayé la propagation de coronavirus sur son sol, a annoncé mardi un allègement progressif des mesures à compter du 20 avril, à commencer par une réouverture des garderies et une levée de l’interdiction des séjours en résidence secondaire.

Agence France-Presse

« Ensemble, nous avons maintenant fait passer le virus sous contrôle et nous pouvons par conséquent rouvrir la société petit à petit. Nous ferons cela ensemble, de façon contrôlée et progressivement », a déclaré la première ministre Erna Solberg.

Lors d’une conférence de presse, Mme Solberg a dévoilé un calendrier encadrant une levée de certaines des restrictions adoptées en mars pour endiguer l’épidémie de nouveau coronavirus.

Les garderies rouvriront à partir du 20 avril et, à compter de cette date, il sera de nouveau possible de séjourner dans sa résidence secondaire, ce que les autorités avaient interdit pour éviter de submerger les capacités hospitalières des petites municipalités.

Une deuxième étape, à partir du 27 avril, verra la réouverture, seulement partielle, des collèges, écoles secondaires et universités, sans que la date d’une réouverture généralisée des établissements scolaires soit fournie.  

Certaines professions liées à la santé comme les physiothérapeutes et les psychologues pourront aussi rouvrir leurs portes dans la première phase. Idem pour d’autres lieux tels que les salons de coiffure, de massage et de dermatologie dans la seconde.

Les autres règles restent en place à ce stade : interdiction des évènements culturels et sportifs, fermeture des frontières, mesures de quarantaine et d’auto-isolement, télétravail encouragé, déplacements de loisirs déconseillés, gestes barrières, etc…

Affichant un « optimisme prudent », Mme Solberg a prévenu que cet allègement des restrictions « ne signifie pas qu’on puisse devenir plus imprudents » et a souligné qu’il était réversible en cas de regain de l’épidémie.

Le pays nordique a observé ces derniers jours un tassement du nombre de nouvelles hospitalisations et des placements en unités de soins intensifs. Lundi, le ministre de la Santé, Bent Høie, a jugé que l’épidémie était « sous contrôle » sur le sol norvégien.

Selon les dernières statistiques officielles, un malade en Norvège ne contamine plus que 0,7 personne en moyenne contre 2,5 avant l’imposition des restrictions.

La Norvège comptait mardi 5863 cas officiellement recensés de COVID-19 et déplorait 69 morts.