(Stockholm) Plus de 100 personnes contaminées par le nouveau coronavirus sont mortes en 24 heures en Suède, selon le comptage publié mardi à 8 h par l’Agence de santé du pays.  

Agence France-Presse

Ce pays de 10,3 millions d’habitants, qui a adopté des mesures plus souples afin de contenir la progression du virus, recense désormais 7693 cas d’infection et 591 décès, une mortalité nettement plus élevée que celle observée chez ses voisins nordiques.  

Toutefois, note l’agence, sur les 114 nouveaux décès comptabilisés mardi, une partie provient de chiffres révisés pour ces derniers jours.

La semaine dernière,  Anders Tegnell, épidémiologiste à l’Agence de santé publique, avait déclaré que si la Suède avait observé une courbe des contaminations relativement plate jusqu’alors, celle-ci commençait à s’accentuer, alors même que les services de santé font état d’un manque d’équipement et de personnel.

Mardi, l’épidémiologiste a indiqué avoir constaté une légère diminution du nombre de nouveaux cas quotidiens au cours des derniers jours, mais précise qu’il est encore trop tôt pour dire si la propagation du virus a atteint un pic dans le pays.

Dans le royaume scandinave, le confinement de la population n’est pas d’actualité comme dans d’autres pays européens pour endiguer l’épidémie. Le gouvernement appelle chacun à « prendre [ses] responsabilités » et à suivre les recommandations des autorités sanitaires.

Parmi les mesures les plus strictes jusqu’à présent figurent l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes et celle des visites dans les maisons de retraite.

La manière dont le royaume gère la crise sanitaire, moins contraignante que dans la plupart des pays européens, soulève des questions critiques tant au niveau national qu’à l’international, mais le gouvernement rejette tout procès en passivité.

« Non, on ne fait pas comme si de rien n’était en Suède », s’était défendue la ministre de la Santé Lena Hallengren, lors d’une réunion avec la presse internationale jeudi à Stockholm.