(Madrid) La pandémie liée au coronavirus a fait 637 morts en 24 heures en Espagne, le chiffre le plus bas depuis près de deux semaines, et le pays prépare la sortie du confinement prévu jusqu’à la fin avril, ont annoncé lundi les autorités.

Agence France-Presse

Le nombre de cas a progressé de 3,3 % sur la même période, contre 4,8 % la veille, ce qui indique que la contagion ralentit dans le pays qui a payé le plus lourd tribut à la maladie après l’Italie.  

Le total des morts se monte à 13 055, celui des personnes contaminées à 135 032.

Plus de 40 000 patients sont sortis de l’hôpital, ce qui représente près de 30 % des cas confirmés, a ajouté Maria José Sierra, du Centre d’alertes sanitaires.

Avec ce bilan quotidien en baisse pour la quatrième journée consécutive, le gouvernement étudie les mesures à prendre pour lever progressivement le confinement imposé le 14 mars et qui doit être prolongé jusqu’au 25 avril à minuit.

Pour ce qu’il appelle « la phase de désescalade », il prévoit de tester systématiquement la population pour détecter les porteurs du virus et les isoler. Il envisage aussi d’imposer le port du masque à tous, lorsque la population sera autorisée à descendre dans la rue.

L’Espagne a été prise au dépourvu par la pandémie et a manqué cruellement de matériel de protection et de kits de tests.  

Mais quatre entreprises espagnoles produisent à présent « 245 000 tests par semaine », selon la ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya.

Et « dans les prochaines semaines, nous allons multiplier par trois la capacité de nos entreprises à approvisionner le marché », a-t-elle assuré dans une interview télévisée.

Quant aux masques, « nous allons probablement devoir tous apprendre à les utiliser à l’avenir comme mesure prophylactique, au moins jusqu’à ce que nous ayons un vaccin » contre le nouveau coronavirus, a-t-elle averti, prenant en exemple les sociétés asiatiques qui ont déjà du surmonter d’autres épidémies.