(Bratislava) Des milliers de personnes ont manifesté vendredi en Slovaquie, à une semaine des élections générales, pour commémorer la mort du journaliste d’investigation Jan Kuciak dont l’assassinat il y a deux ans avait suscité des protestations massives et une crise politique dans ce pays en proie à la corruption.

Agence France-Presse

Jan Kuciak, 28 ans, et sa compagne Martina Kusnirova ont été abattus à leur domicile le 21 février 2018, un assassinat qui aurait été commandité par Marian Kocner, un homme d’affaires prospère ayant des liens avec des hommes politiques et jugé actuellement pour ce crime.

PHOTO VLADIMIR SIMICEK, AFP

Les manifestants avaient placé des bougies devant la photo du journaliste Jan Kuciak et de sa fiancée, assassinés il y a deux ans.

Le journaliste avait écrit plusieurs articles accusant M. Kocner d’avoir des activités suspectes.

Plus de 10 000 personnes se sont rassemblées dans une cinquantaine de villes slovaques pour rendre hommage au jeune couple, dont quelque 8000 personnes à Bratislava.

PHOTO JOE KLAMAR, AFP

La manifestation commémorative était intitulée « Pour une Slovaquie décente ».

L’assassinat avait provoqué des manifestations massives qui ont débouché sur la démission du premier ministre populiste Robert Fico et ouvert la voie à la victoire de la militante anticorruption Zuzana Caputova à l’élection présidentielle de mars 1919.

Le père de Jan Kuciak a estimé que les élections du 29 février prochain étaient « cruciales ». L’enjeu est « très important : quel genre de personnes accèderont au pouvoir », a-t-il déclaré à l’AFP.

PHOTO DAVID W CERNY, REUTERS

Les parents de Jan Kuciak, lors de la manifestation marquant le 2e anniversaire de son assassinat.

Selon les sondages, le parti populiste au pouvoir de Robert Fico Smer-SD accuse une baisse tandis que ses partenaires de coalition pourraient ne plus être représentés au parlement.

Le parti d’extrême droite Notre Slovaquie LSNS pourrait remporter de nouveaux sièges.

La présidente Caputova a apporté deux roses rouges au domicile du couple assassiné.

« Si les meurtriers croient que la mort peut décourager d’autres journalistes » enquêtant sur des affaires de corruption, « ils se trompent », a-t-elle écrit sur sa page Facebook. « Ce que Jan Kuciak n’a pas terminé, d’autres le feront ».

PHOTO D’ARCHIVES VLADIMIR SIMICEK, AFP

L’homme d’affaires Marian Kocner, accusé d’avoir commandité l’assassinat du journaliste Jan Kuciak, qui écrivait sur ses activités, et de sa fiancée Martina Kusnirova.