(Londres) Le prince Harry est apparu détendu jeudi lors du tirage au sort de la Coupe du monde de rugby à XIII, sa première apparition publique une semaine après l’annonce fracassante de sa mise en retrait de la monarchie britannique avec sa femme Meghan.

Martine PAUWELS
Agence France-Presse

Le petit-fils de la reine Élisabeth II s’est essayé à la plaisanterie lors de la cérémonie prévue de longue date sous les ors du palais de Buckingham, qui pourrait être son dernier engagement public avant qu’il ne s’envole pour le Canada retrouver Meghan, 38 ans, et leur fils Archie, âgé de huit mois.

« Ce n’est pas une émission de cuisine », a-t-il lancé après avoir mélangé dans la vasque les petites balles porteuses des noms des pays participants, gardant en revanche le silence sur la crise qu’il a déclenchée au sein de la famille royale.

Avant, il avait lancé à des enfants invités à jouer au rugby dans les jardins du palais : « Faites attention à la pelouse, hein ? Sinon j’aurai des ennuis ».  

Mais avant de rejoindre sa famille sur l’île de Vancouver, le duc de Sussex, 35 ans, participera encore à quelques réunions en début de semaine prochaine, probablement sur son avenir, selon la presse.  

Comme si de rien n’était, Harry a aussi publié mercredi soir une vidéo sur Instagram annonçant que Düsseldorf accueillerait en 2022 la prochaine édition des Invictus Games, compétition sportive opposant des soldats blessés venus du monde entier créée à son initiative.

Le prince Harry au tirage au sort de la Coupe du monde de rugby

  • Le prince Harry a salué des étudiants.

    PHOTO JEREMY SELWYN, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Le prince Harry a salué des étudiants.

  • Le prince Harry procède au tirage au sort en vue de la Coupe du monde de rugby.

    PHOTO JEREMY SELWYN, REUTERS

    Le prince Harry procède au tirage au sort en vue de la Coupe du monde de rugby.

  • PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

1/3
  •  
  •  
  •  

Et il a animé la cérémonie de jeudi en esquissant parfois un sourire, sous les yeux des correspondants royaux, dont le prince apprécie peu la couverture de son couple, contribuant à sa volonté de prendre le large.

À regret, la reine d’Angleterre Élisabeth II, 93 ans, a consenti lundi à laisser son petit-fils et son épouse voler vers leur « nouvelle vie », en leur accordant une « période de transition » entre le Royaume-Uni et le Canada, à l’issue d’un conseil de famille dans sa résidence de Sandringham.  

La reine avait demandé que les décisions finales aboutissent « dans les jours qui viennent » pour définir le statut inédit réclamé par le couple, qui veut garder un pied dans la monarchie (et certains avantages) tout en obtenant le droit de vivre de son travail et en vivant une partie de l’année en Amérique du Nord.

Protection policière ?

Il faut notamment déterminer de quelle protection policière ils pourront bénéficier et comment ils pourront gagner leur vie, sans conflit d’intérêts avec leur rang.

Seront-ils privés d’une protection armée de la police britannique, comme risque de l’être, selon le quotidien londonien Evening Standard jeudi, le prince Andrew, deuxième fils de la reine, retiré de la vie publique en raison de ses liens avec le financier pédophile américain Jeffrey Epstein ?

Réapparue de l’autre côté de l’Atlantique, Meghan a rendu visite à deux organisations caritatives de Vancouver œuvrant pour les femmes en difficulté, posant pour des photos décontractées avec leurs membres.

Pas de quoi impressionner les tabloïds britanniques. Ils n’ont pas manqué d’établir une comparaison avec sa belle-sœur Kate, saluant sa sérénité et sa jovialité lors de son premier engagement commun de l’année avec son mari le prince William, frère aîné de Harry, mercredi dans le nord de l’Angleterre. « Kate la duchesse éblouissante montre comment il faut faire », titre le Daily Mail.

Au moment même où le couple cherche à échapper à la pression médiatique, la relation conflictuelle de la duchesse de Sussex avec son père Thomas Markle fait les choux gras de la presse à scandale, qui se livre en conjectures sur la possibilité pour le septuagénaire de témoigner au tribunal pour défendre un journal attaqué par sa fille pour atteinte à la vie privée.  

Difficulté supplémentaire pour le couple : malgré leur affection pour Harry, une forte majorité de Canadiens (73 %) interrogés par l’institut Angus Reid ne veulent pas payer la note de leur installation dans le pays ni de leur sécurité.  

La Coupe du monde de rugby à XIII se tiendra du 23 octobre du 27 novembre 2021 dans 17 villes d’Angleterre.