(Genève) Les organisateurs suisses de concerts ont indiqué dimanche qu’ils envisageaient la possibilité de rendre la vaccination contre la COVID-19 obligatoire pour les spectateurs, une mesure qui permettrait la reprise des festivals et spectacles.

Agence France-Presse

« La vaccination pourrait un jour être l’une des différentes mesures pour pouvoir assister aux évènements », a déclaré Stefan Breitenmoser, directeur général de l’association professionnelle des organisateurs suisses de concerts, spectacles et festivals au journal SonntagsBlick.

Il a toutefois souligné qu’il était nécessaire d’obtenir davantage d’informations sur la protection offerte par les vaccinations contre le virus.

« La pratique et l’acceptation dans d’autres domaines de la vie seront également décisives », a-t-il ajouté.

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a démarré mercredi en Suisse alors que ce pays de 8,6 millions d’habitants a enregistré plus de 425 000 cas de contamination et quelque 6500 décès depuis le début de la pandémie.

La vaccination est gratuite mais non obligatoire.

La Ligue suisse de soccer a pour sa part indiqué qu’elle réfléchissait encore aux implications d’une telle mesure.

« C’est un domaine très délicat qui soulève rapidement des questions éthiques », a déclaré au SonntagsBlick Philippe Guggisberg, responsable de la communication de la Ligue suisse de soccer.

La Ligue s’emploie actuellement à « clarifier ce que signifierait une vaccination obligatoire pour le soccer, pour les joueurs et pour les stades », a-t-il ajouté.

Quant à la question de savoir si la vaccination peut servir de passeport pour accéder aux grands évènements, « en principe il n’est pas illégal de traiter différemment les personnes vaccinées et non vaccinées », selon la juriste Ingrid Ryser s’exprimant au nom des ministères de la Santé et de la Justice.

Mme Ryser a déclaré au journal alémanique qu’il était trop tôt pour dire dans quel contexte un traitement inégalitaire des personnes vaccinées et non vaccinées pourrait être autorisé.