(Moscou) Une alliée d’Alexeï Navalny a été mise en accusation vendredi dans le cadre d’une enquête criminelle, après qu’elle se soit rendue chez un agent présumé des services de sécurité russes que l’opposant accuse d’avoir participé à son empoisonnement.

Agence France-Presse

L’enquête pour « violation de domicile » avec violence ou « menaces » de l’employer vise Lioubov Sobol, qui s’était rendue lundi chez cet homme, que M. Navalny dit avoir piégé au téléphone pour lui faire avouer la tentative d’assassinat, a annoncé sur Twitter Ivan Jdanov, directeur du Fonds de lutte contre la corruption, l’organisation de l’opposant.

Initialement entendue comme témoin, Mme Sobol a été mise en accusation à l’issue d’une journée d’interrogatoire et placée en détention préventive pour 48 heures, a indiqué M. Jdanov dans la soirée.  

« Lioubov Sobol est désormais officiellement soupçonnée dans le cadre de cette enquête, son statut a changé », a-t-il précisé sur Twitter.

Vladimir Voronine, l’avocat de Mme Sobol, a confirmé ces informations à l’AFP, sans donner de détails.  

La peine maximale encourue pour ce délit est de deux ans de prison.

La police russe a interpellé vendredi matin Lioubov Sobol à son domicile moscovite, qui a été aussi perquisitionné, et l’a conduite au Comité d’enquête de Russie, puissant organe chargé des principales investigations criminelles.  

« Je n’avais jamais été perquisitionnée chez moi. Mais bon, il y a une première fois à tout », a commenté Mme Sobol dans une vidéo tournée dans son appartement et filmant sa porte en train d’être tambourinée.

Une vidéo de surveillance, à l’extérieur de l’appartement, montre des hommes casqués et cagoulés sur le palier, qui neutralisent ensuite la caméra avec du ruban adhésif.

Alexeï Navalny avait publié lundi une vidéo d’une conversation téléphonique avec un membre présumé du FSB, Konstantin Koudriavtsev, dans laquelle ce dernier, pensant parler à un responsable du renseignement, explique que les services spéciaux russes ont bien empoisonné l’opposant.  

Les autorités ont qualifié cette conversation de « falsification », mais n’ont jamais démenti que l’interlocuteur de l’opposant était bien un agent ni que celui-ci était membre de l’équipe chargée de filer l’intéressé.

« À la porte d’un tueur »

Le président russe Vladimir Poutine avait précédemment reconnu que M. Navalny faisait l’objet d’une surveillance, après la publication d’une enquête médiatique nommant huit agents secrets, dont des spécialistes des armes chimiques, qui pendant des années assuraient la filature de l’opposant. Parmi eux, M. Koudriavtsev.

Trois laboratoires européens ont conclu qu’Alexeï Navalny avait été empoisonné par une substance de type Novitchok, un produit neurotoxique développé à des fins militaires à l’époque soviétique.

Avocate de formation et figure montante de l’opposition russe, Mme Sobol, 33 ans, une proche alliée de M. Navalny, s’était rendue lundi dans l’immeuble où l’agent présumé du FSB habitait, selon elle.  

Elle avait aussi diffusé son adresse sur l’internet et de nombreux journalistes étaient venus alors sur les lieux. La police anti-émeute avait été déployée sur place et avait interpellé la jeune femme.

Selon son avocat, la plainte visant Mme Sobol a été déposée par la belle-mère de M. Koudriavtsev, Galina Soubbotina.

M. Navalny affirme qu’il a été empoisonné le 20 août sur ordre du Kremlin. La Russie affirme elle qu’il n’y a aucune preuve que l’opposant a été la victime d’un crime, malgré son malaise dans un avion en Sibérie, un coma et les résultats de laboratoires européens établissant qu’il avait été empoisonné.

Moscou a, selon les versions, dénoncé un complot occidental, de l’opposant ou mis en cause son hygiène de vie.  

Rappelant qu’aucune enquête n’a été ouverte en Russie dans son affaire, Alexeï Navalny a dénoncé les investigations visant Mme Sobol, qui n’a fait que sonner « à la porte d’un tueur ».