(Paris) La possibilité de voir conditionnés en France certains déplacements à la vaccination, évoquée dans un récent projet de loi, a suscité mardi des réactions enflammées de l’opposition qui redoute une restriction des libertés, au point que le gouvernement a renvoyé le texte à plus tard.

Pierre DONADIEU
Agence France-Presse

Le ministre de la Santé Olivier Véran, qui avait dans un premier temps défendu un texte destiné « à mûrir » au parlement, a renvoyé mardi soir l’examen du texte à plus tard.

« Ce texte n’a pas du tout vocation à envisager la vaccination obligatoire contre le coronavirus », a-t-il assuré. Mais, « parce qu’il faut de la confiance pour que les Français se fassent vacciner librement […], le gouvernement ne proposera pas ce texte devant le parlement avant plusieurs mois, avant d’être sorti de la crise ». « Le débat est clos », a-t-il estimé.

Le projet de loi présenté lundi en Conseil des ministres visait à « établir un cadre juridique durable face aux crises sanitaires », selon le gouvernement.

Il donne notamment le pouvoir au premier ministre de décréter plusieurs interdictions, de circulation, de fermeture d’établissements ou encore de rassemblements sur la voie publique.  

Des restrictions qui pourront être subordonnées à « la présentation des résultats d’un test de dépistage » négatif ou « au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin ».

De quoi faire bondir l’opposition qui y voit une vaccination obligatoire déguisée.  

« De façon sournoise, ce texte envisage non pas de rendre la vaccination obligatoire, mais d’empêcher toute vie sociale aux personnes qui ne le seraient pas », a affirmé la présidente du Rassemblement national (extrême droite) Marine Le Pen en dénonçant une « mesure d’essence totalitaire ».

« Alors que l’exécutif avait indiqué que la vaccination ne serait pas obligatoire, il dépose un projet de loi qui conditionne nos déplacements à celle-ci, introduisant une forme d’inégalité entre citoyens », a affirmé pour sa part le député de droite Julien Aubert.

Le sujet est sensible : selon un récent sondage, 59 % des Français n’ont pas l’intention de se faire vacciner contre le coronavirus, faisant de la France l’un des pays européens les plus réfractaires au vaccin.  

Fin novembre, le président Emmanuel Macron avait annoncé que la vaccination qui doit débuter dimanche pour les personnes âgées ne serait pas obligatoire.

Un message martelé encore mardi par le ministre de la Santé Olivier Véran.  

« Je le redis, la vaccination (contre la COVID-19) n’est pas obligatoire », a-t-il insisté.

Libertés menacées ?

Mais au-delà du vaccin, la question de la pérennisation de mesures d’exception dans le droit commun interroge.  

Pour la sénatrice centriste Nathalie Goulet, « le texte est franchement attentatoire aux libertés publiques ».

« Ce projet de loi empêche par avance le Parlement de pouvoir jouer son rôle de force d’opposition, car c’est par décret que ces régimes d’exception pourront être activés », explique à l’AFP Laureline Fontaine, professeure de droit public et constitutionnel à l’université Sorbonne Nouvelle, à Paris.

« Ce texte vise à englober le plus de situations possible et donne potentiellement des pouvoirs quasi illimités aux autorités exécutives », poursuit-elle, soulignant que cette crise « a fait sauter beaucoup de verrous ».  

Un autre point fait également débat, celui de la collecte de données de santé par les autorités « sans le consentement » des intéressés, « lorsqu’une situation sanitaire exceptionnelle rend nécessaires l’identification et le suivi des personnes affectées ou contaminées ».

Face à ces critiques, la ministre de la Fonction publique Amélie de Montchalin a assuré que le texte n’était « pas là du tout pour créer des pouvoirs exceptionnels pour le gouvernement », ni « créer un État sanitaire ».

« Il y aura bien sûr un débat, tout ce qui devra être clarifié le sera », a-t-elle assuré sur la chaîne CNews.

Ces dernières semaines, la France a été le théâtre de plusieurs manifestations dénonçant des dérives sécuritaires et liberticides du gouvernement.

Mardi, le Conseil d’État, plus haute juridiction administrative, a interdit l’usage de drones pour surveiller les manifestants sur la voie publique à Paris.