(Moscou) Un démineur russe a été tué par une explosion dans la région du Nagorny Karabakh, au cœur d’un conflit meurtrier entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, a annoncé vendredi le ministère russe de la Défense.  

Agence France-Presse

Il s’agit du premier décès officiel d’un membre de la force de maintien de la paix russe déployée sur place depuis novembre, selon un accord de cessez-le-feu ayant mis fin à six semaines de combats entre Erevan et Bakou.

Cet officier, dont le nom n’a pas été dévoilé, est mort jeudi lors d’une opération de déminage sur une route près de la ville stratégique de Choucha, sous contrôle azerbaïdjanais, a précisé le ministère.

« Un engin explosif s’est déclenché », a indiqué cette source dans un communiqué cité par les agences de presse russes, précisant que le militaire est décédé « des suites de ses blessures » lors de son transport vers l’hôpital.

Contactée vendredi soir par l’AFP, une porte-parole de l’armée russe n’a pas souhaité faire de commentaire.

Début novembre, l’Azerbaïdjan avait abattu par erreur un hélicoptère russe près d’une de ses frontières avec l’Arménie, tuant deux militaires russes.

Le Nagorny Karabakh, une région à majorité arménienne soutenue par Erevan, a fait sécession de l’Azerbaïdjan au début des années 1990, entraînant une première guerre ayant fait 30 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés.

La reprise intensive des combats, entre septembre et novembre, a fait plus de 5000 morts, dont des dizaines de civils.  

Entré en vigueur le 10 novembre, un accord de cessation des hostilités a acté une cuisante défaite arménienne et attribué à Bakou d’importants territoires. Près de 2000 soldats de la paix russes sont depuis déployés sur place.