(Kiev) Une quarantaine de policiers ont été blessés mardi dans le centre de Kiev lors d’affrontements avec des manifestants anti-confinement, a indiqué la police ukrainienne dans un communiqué.

Agence France-Presse

Plusieurs milliers de personnes dont beaucoup de petits entrepreneurs et commerçants s’étaient réunis sur la place de l’Indépendance, plus connue à Kiev sous le nom de Maïdan, pour prendre part à une manifestation contre les mesures récemment prises.

Fermetures à partir du 8 janvier

Les autorités ukrainiennes ont annoncé la semaine dernière la fermeture des écoles, universités, commerces non essentiels, restaurants, cinémas et salles de sport du 8 au 24 janvier pour enrayer la pandémie de coronavirus.

« Nous voulons juste avoir le droit d’exister », a déclaré à l’AFP Sergueï Cheloukhine, 34 ans, ajoutant qu’il avait peu de revenus, mais avait besoin d’une « chance de survivre » à cette période.  

Les manifestants brandissaient des drapeaux blancs et des pancartes dont l’une disait « Revenez à la raison, vous nous tuez ! ». Ils ont tenté d’installer des tentes sur la place, mais en ont été empêchés par la police, les médias locaux faisant état de tirs de gaz lacrymogènes.

Un journaliste de l’AFP a vu des ambulances se diriger vers la place et un manifestant emmené loin de la foule. Aucun chiffre n’a été donné sur les blessés parmi les manifestants.

La police a de son côté indiqué que 40 policiers souffraient de brûlures aux yeux après l’envoi par les manifestants de bombes lacrymogènes. Un policier a également été blessé à la tête.  

« Trois membres des forces de l’ordre ont été hospitalisés avec des blessures au visage et des contusions », a précisé la police dans un communiqué.

Ex-république soviétique au système de santé délabré, l’Ukraine a enregistré plus de 909 000 cas de coronavirus, dont 15 480 mortels, pour environ 40 millions d’habitants.