(Moscou) Onze personnes ont été tuées dans un incendie survenu dans la nuit de lundi à mardi dans une maison de retraite en Russie, où ces accidents sont fréquents du fait d’infrastructures vétustes ou de négligences.

Maria PANINA
Agence France-Presse

Les autorités du Bachkortostan (Oural) où le drame a eu lieu ont pour leur part affirmé que l’établissement opérait à leur insu.

C’est en pleine nuit que l’incendie s’est déclaré dans cette maison en bois avec mansarde dans le petit village d’Ichbouldino, selon le ministère russe des Situations d’urgence.

Construit dans les années 1960, le bâtiment d’une surface de 72 mètres carrés a été presque entièrement détruit par le feu, seuls les restes calcinés des fenêtres et des vestiges de murs restant encore sur les lieux dans la matinée, selon les images diffusées par le ministère.

Au moment de l’incendie, 15 personnes se trouvaient à l’intérieur, quatre d’entre elles ayant réussi à s’échapper du bâtiment en flammes, a indiqué le Comité d’enquête russe dans un communiqué.  

« Les corps des 11 autres ont été découverts » par les pompiers, selon cette institution chargée des enquêtes criminelles en Russie.

Les victimes – sept hommes et quatre femmes – étaient âgées entre 57 et 83 ans, selon le site d’information local Ufa1.ru.

Ils étaient tous résidents à cette maison de retraite qui accueillait essentiellement des personnes âgées malades, dont plusieurs ne pouvaient pas se déplacer seuls, affirme le site.

« Aucune chance de survivre »

« Ils n’avaient aucune chance de survivre. C’étaient des malades alités », a affirmé une habitante du village, Aïslou Khamziïeva, à la chaîne de télévision Ren-TV.

Si le bâtiment était équipé d’un système d’alarme incendie, celui-ci n’était pas connecté au bureau des pompiers, et ils n’ont pas été avertis à temps, a affirmé la chaîne.  

Trois résidents figurent parmi les personnes qui ont survécu. Une employée de l’établissement a dit aux secours les avoir aidés à sortir par la fenêtre.  

Les autorités affirment pour leur part ne pas avoir eu connaissance de l’existence de cet établissement.  

« C’était une maison de retraite privée, nous n’avions pas d’informations à son sujet », a assuré la ministre locale de la Protection sociale, Lenara Ivanova, citée par l’agence de presse publique RIA Novosti.  

Enregistré comme « maison de charité », l’établissement était autorisé à fournir une assistance sociale aux personnes âgées, sans toutefois avoir l’autorisation de les loger, selon l’administration locale citée par l’agence de presse Interfax.

Une enquête pour violation des règles de sécurité ayant entraîné la mort par imprudence a été ouverte, selon le Comité d’enquête.

« Pour l’instant, il est difficile à dire ce qui s’est passé ici […] et qui en est responsable », a déclaré le dirigeant du Bachkortostan, Radiï Khabirov, lors d’une réunion d’une cellule de crise.

« Mais je n’aime pas qu’autant de personnes aient été logées dans une si petite maison », a-t-il indiqué.

Les explosions ou incendies accidentels et meurtriers sont relativement courants en Russie du fait de la vétusté des infrastructures ou du non-respect des normes de sécurité.

En mai, au moins neuf personnes avaient été tuées dans un incendie survenu dans un hospice privé à Krasnogorsk, dans la région de Moscou.