(Berlin) L’Allemagne va entrer dans un confinement partiel mercredi pour plus de trois semaines avec la fermeture des commerces « non essentiels » et des écoles, pour tenter d’infléchir « la croissance exponentielle » des infections avant les fêtes de fin d’année, selon Angela Merkel.

Yannick PASQUET
Agence France-Presse

À l’issue d’un tour de table avec les dirigeants des 16 États régionaux, la chancelière a annoncé dimanche une batterie de nouvelles restrictions qui resteront en vigueur jusqu’au 10 janvier.  

Fermeture de tous les commerces à l’exception des magasins d’alimentation, des pharmacies, des drogueries, etc., fermeture des écoles trois jours avant le début des vacances qui seront en outre prolongées d’une semaine, appel aux employeurs à privilégier coûte que coûte le télétravail : la cheffe de gouvernement veut réagir à « la croissance exponentielle » des infections et aux « très nombreux décès ».

« Nous sommes contraints d’agir et nous agissons maintenant », a souligné la chancelière.

Durant trois semaines et demie, les autorités souhaitent « mettre en application dans tout le pays le principe de “nous restons à la maison” », selon le texte de la résolution adoptée par l’État fédéral et les Länder.

De fait les Allemands vont retrouver le confinement partiel qu’ils avaient connu durant plusieurs semaines au printemps. Mais s’ils sont enjoints de limiter drastiquement leurs contacts et d’éviter les voyages dans le pays et à l’étranger, ils ne sont pas soumis à des autorisations pour sortir de chez eux et n’ont jamais jusqu’ici subi un confinement strict comme en France.

Les contacts sociaux devront toutefois rester très restreints du 24 au 26 décembre où les rencontres ne seront possibles qu’entre membres de la très proche famille.

Les festivités de la Saint-Sylvestre seront aussi réduites à leur plus simple expression : la vente de feux d’artifice et les rassemblements seront interdits.

Ces mesures visent à ne pas provoquer d’« engorgement » du système hospitalier alors que le manque de personnel se fait déjà sentir dans de nombreux établissements et que certains services de soins intensifs arrivent au bout de leurs capacités.

Le ministre de la Santé, Jens Spahn, a toutefois voulu apporter une lueur d’espoir en réaffirmant que la vaccination contre la COVID-19 pourrait débuter dès que les autorités sanitaires européennes auront donné leur feu vert. « Les premières doses sont quasiment prêtes et pourront être injectées directement après l’approbation » de l’UE, a-t-il twitté.

Les autorités sanitaires européennes doivent rendre leur décision concernant le vaccin des firmes Pfizer/BioNTech le 29 décembre au plus tard.

Le nombre de nouvelles infections et de morts a atteint ces derniers jours des records jamais atteints dans un pays qui était resté relativement épargné jusqu’ici par la pandémie.

« Nécessaire »

Le seuil des 30 000 infections a été frôlé vendredi puis samedi, avec 598 décès jeudi.

Depuis l’apparition du virus, 27 787 personnes sont mortes en Allemagne.

Après six semaines de fermeture des restaurants, bars, théâtres, cinémas, musées et enceintes sportives, l’Allemagne a dû faire le constat que ces restrictions étaient insuffisantes.

« Ce n’est pas le jour pour regarder en arrière, c’est le jour pour faire ce qui est nécessaire », a averti Angela Merkel.

À l’approche des fêtes de fin d’année, de nombreux Allemands se retrouvent en groupes autour de stands de vin chaud dans toutes les villes du pays au point que la chancelière s’en est vivement inquiétée cette semaine devant les députés.

Résultat : la vente d’alcool sur la voie publique va également être interdite à partir de mercredi.  

Beaucoup d’Allemands vaquent aussi à leurs achats de Noël et certains grands magasins et centres commerciaux étaient quasiment pris d’assaut samedi avec de longues files d’attente devant les portes d’entrée.  

Dans une lettre ouverte à la chancelière, une trentaine d’acteurs du commerce de détail ont mis en garde contre les conséquences dramatiques d’une nouvelle fermeture des magasins juste avant Noël.

Le ministre des Finances, Olaf Scholz, a indiqué que le gouvernement mettrait sur la table 11 milliards d’euros par mois pour aider les secteurs économiques frappés par les restrictions.

Dimanche, les chiffres s’amélioraient quelque peu, avec 20 200 nouvelles infections en 24 heures et 321 morts, mais cette évolution est surtout imputable au fait que certains nouveaux cas ne sont pas répertoriés durant le week-end.