(Moscou) La Russie a enregistré en octobre 2020 près de 50 000 décès supplémentaires par rapport à octobre 2019, selon les chiffres publiés jeudi par l’agence des statistiques Rosstat, un total beaucoup plus élevé que le nombre de morts déclarés du coronavirus.

Agence France-Presse

Selon la publication mensuelle de Rosstat, 205 500 personnes sont décédées en Russie en octobre, soit 47 800 de plus qu’en octobre 2019.  

La dernière fois que la Russie avait enregistré un mois aussi meurtrier remonte à août 2010, période de canicule sans précédent à l’origine de gigantesques incendies qui avaient notamment empoisonné l’atmosphère de Moscou.

L’agence statistique ne donne pas d’explications pour cette surmortalité mais précise que 22 761 personnes atteintes du coronavirus ou suspectées de l’être sont mortes en octobre, dont 11 630 cas où la cause primaire du décès est la COVID-19.

Ces chiffres sont eux-mêmes supérieurs au comptage par l’AFP des bilans quotidiens donnés par les autorités, qui font état au total de 7274 morts du coronavirus en octobre.

Entre avril et fin octobre 2020, la surmortalité en Russie s’élève désormais à quasiment 165 000 morts par rapport à l’an passé alors que depuis le début de la pandémie, seulement 45 280 morts de la COVID-19 ont été officiellement enregistrés.

Ces chiffres rappellent que la Russie fait l’objet de critiques pour sa méthodologie de calcul des morts du coronavirus : les autorités ne recensent que les décès qui, après autopsie, ont pour cause première établie le coronavirus.

Dans de nombreux pays, notamment en Europe occidentale, la quasi-totalité des décès de patients positifs au coronavirus sont pris en compte.

La Russie a été un des premiers pays à annoncer le développement d’un vaccin baptisé Spoutnik V, en référence au satellite soviétique. Efficace à 95 % selon Moscou, il a commencé à être administré « à grande échelle » aux Russes la semaine dernière.

Si elle ne monte plus, la pandémie de coronavirus en Russie s’est stabilisée depuis plusieurs jours à environ 28 000 nouveaux cas par jour. Jeudi, le total de cas enregistrés était de 2 569 126, plaçant le pays à la quatrième place mondiale.

Les autorités russes refusent toutefois d’évoquer un second confinement d’ampleur nationale, arguant notamment du lourd coût économique causé par le confinement d’avril et mai, au début de la pandémie.