(Bruxelles) L’opposant russe Alexeï Navalny, victime d’une tentative d’empoisonnement sanctionnée par l’UE, a appelé vendredi les Européens à frapper au portefeuille les oligarques proches du président Vladimir Poutine pour être crédibles.

Agence France-Presse

« Il est temps de développer une nouvelle stratégie (envers la Russie) en deux volets : les Russes, qui doivent être accueillis et traités très chaleureusement par l’Union européenne, et l’État russe, qui doit être traité comme une bande de criminels ayant temporairement pris le pouvoir », a-t-il plaidé lors d’une visioconférence avec les élus de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen.

Alexeï Navalny a recommandé une révision des sanctions européennes et prôné de viser l’argent de ceux qui sont proches de Poutine.

« L’Union européenne devrait cibler l’argent, les oligarques, pas seulement les anciens oligarques, mais les nouveaux, membres du cercle proche de Poutine », a-t-il déclaré.

« Tant que les yachts de M. (Alicher) Ousmanov continueront à mouiller à Barcelone ou à Monaco, personne en Russie ou au Kremlin ne prendra les sanctions européennes au sérieux », a-t-il expliqué.

« Cette approche sera très efficace », a-t-il assuré. « Il n’y a aucun sens à sanctionner des colonels ou des généraux ou des personnes qui ne voyagent pas beaucoup et qui n’ont pas beaucoup de biens ou de comptes bancaires en Europe », a-t-il souligné.

Alexei Navalny a été empoisonné au moyen d’un agent neurotoxique du groupe Novitchok, une substance conçue à des fins militaires. Le président russe a été contraint d’accepter son évacuation en Allemagne où il a été sauvé.

L’Union européenne a pour la première fois frappé directement le Kremlin en sanctionnant par une interdiction de visas et un gel de leurs avoirs huit proches du président, dont l’homme d’affaires Evguéni Prigojine et plusieurs membres de l’administration présidentielle.

« Il est raisonnable de conclure que l’empoisonnement d’Alexeï Navalny n’a été possible qu’avec le consentement de l’administration présidentielle », avaient estimé les dirigeants de l’UE après l’adoption de ces mesures.

« Je veux me rétablir et je veux retourner en Russie pour agir de l’intérieur. Je n’essaie même pas de développer des moyens pour essayer d’agir de l’étranger », a assuré M. Navalny.

L’opposant a demandé à l’UE de ne pas reconnaître les résultats des prochaines législatives en Russie « si certaines personnes ne sont pas autorisées à participer ».

L’UE doit le faire savoir clairement aux représentants russes, « à tous les niveaux », a-t-il insisté.

« Pour l’instant, c’est plus important que de protester contre le trucage des élections, car la fraude électorale est un élément inévitable de toutes les élections russes », a-t-il déploré.