(Londres) Le premier ministre britannique Boris Johnson s’est mis à l’isolement après avoir été en contact avec une personne infectée par le nouveau coronavirus, a annoncé dimanche soir un porte-parole de Downing Street.

Agence France-Presse

Le chef du gouvernement, sévèrement atteint par la COVID-19 il y a plusieurs mois, se sent « bien » et n’a « aucun symptôme » de la maladie, a précisé la même source, ajoutant qu’il continuerait à travailler depuis Downing Street, « notamment pour mener la réponse du gouvernement face à la pandémie de coronavirus ».

La nouvelle intervient alors que les négociations avec l’Union européenne abordent un sprint final décisif et que sont attendues des annonces d’importance de la part du premier ministre britannique dans plusieurs registres, selon Downing Street.

Boris Johnson a été informé par le traçage des cas du service public de santé, le NHS, qu’il devait s’isoler après un contact avec quelqu’un qui a été testé positif à la COVID-19. « Le premier ministre va suivre les règles et s’est mis à l’isolement », a déclaré dans un communiqué un porte-parole de Downing Street.

La durée de l’isolement du premier ministre n’a pas été précisée, mais dans un cas comme celui-ci, elle est selon les règles actuellement en vigueur fixée à 14 jours, selon le site du NHS.

Boris Johnson avait rencontré jeudi matin à Downing Street un petit groupe de députés, parmi lesquels Lee Ashfield, qui a par la suite développé des symptômes et a été diagnostiqué positif. La rencontre a duré environ 35 minutes. Elle s’est tenue lors d’une semaine marquée par le départ retentissant de deux de ses conseillers, dont Dominic Cummings, cerveau de la campagne du Brexit en 2016.

Le premier ministre compte s’adresser au pays pendant son isolement, selon Downing Street, et donnera davantage de détails le moment venu. Il doit étudier avec les services du Parlement comment il peut prendre part aux affaires de celui-ci.

Cet isolement risque de bousculer un agenda chargé ces prochaines semaines, avec au programme sur le plan intérieur la lutte contre le nouveau coronavirus – notamment pour aborder la fin après quatre semaines du deuxième confinement en Angleterre prévu le 2 décembre – des annonces budgétaires et la présentation de son plan en dix points pour une « révolution industrielle verte ».

Atteint par la COVID-19, Boris Johnson avait passé environ une semaine à l’hôpital à Londres au mois d’avril, dont trois jours en soins intensifs. Il avait remercié les soignants qui lui ont « sauvé la vie », citant en particulier les infirmiers présents à ses côtés pendant les 48 heures où « tout aurait pu basculer ».

Avec près de 52 000 morts dans les 28 jours suivants un test positif, le Royaume-Uni est le pays le plus durement touché en Europe par la pandémie qui a fait 1,3 million de morts dans le monde.