(Londres) Les liens entre le Royaume-Uni et les États-Unis se « renforceront, quel que soit le vainqueur de l’élection » présidentielle qui oppose le républicain Donald Trump au démocrate Joe Biden, a assuré un porte-parole de Boris Johnson mercredi, tout en notant le désaccord sur l’accord de Paris sur le climat.

Agence France-Presse

« Les États-Unis sont notre plus proche allié et nous sommes convaincus que notre relation se renforcera, quel que soit le candidat qui remportera l’élection », a indiqué à la presse un porte-parole du premier ministre britannique.

« Dans les domaines du commerce, de la sécurité, du renseignement, de la défense, de l’innovation et de la culture, peu de pays font plus ensemble », a souligné ce porte-parole.

« C’est au peuple américain de décider et c’est clairement une course serrée. Nous avons pleinement confiance dans l’équilibre des pouvoirs du système américain pour produire un résultat démocratique », a-t-il ajouté.

Le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, s’est fait l’écho de cette position sur Twitter, soulignant que la « relation entre les États-Unis et le Royaume-Uni se porte très bien » et qu’elle se « renforcera », quel que soit le vainqueur.

Questionné par les députés à la Chambre des communes mercredi, le premier ministre Boris Johnson, un allié de Donald Trump, a refusé de s’exprimer sur sa revendication de victoire.

Le ministre des Transports, Grant Shapps, a lui estimé sur ITV que, sur le sujet de la lutte contre la crise climatique, « on peut imaginer que l’un des candidats serait plus enthousiaste en tant que président que l’autre », en référence au démocrate Joe Biden.

L’ancienne première ministre Theresa May a noté que ce lendemain d’élection coïncidait avec le retrait, décidé par M. Trump, des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat.  

« Nous saurons bientôt qui sera le prochain président américain. Mais, malheureusement, aujourd’hui marque également le départ des États-Unis de l’accord de Paris-la première tentative au monde de parvenir à un consensus sur le changement climatique », a tweeté Mme May. « Le vainqueur a l’immense responsabilité d’aider à relever le plus grand défi de notre planète. »

Le Royaume-Uni accueillera l’année prochaine le prochain sommet de l’ONU sur le climat, la COP 26, repoussé à cause de la pandémie de coronavirus.  

« Nous avons clairement indiqué à l’administration américaine tout au long de ce processus que nous continuons à soutenir fermement l’Accord de Paris », a déclaré le porte-parole de Boris Johnson