(Bruxelles) L’Union européenne va sanctionner jeudi six personnes jugées responsables de l’empoisonnement en Russie de l’opposant Alexeï Navalny et une entité impliquée dans la production de l’agent neurotoxique utilisé, a appris mercredi l’AFP de sources européennes.

Agence France-Presse

Une procédure écrite a été lancée pour permettre aux gouvernements des 27 de confirmer leur accord, et les sanctions entreront en vigueur avec la publication de la liste jeudi au journal officiel de l’UE, a-t-on précisé de mêmes sources.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE s’étaient entendus lundi sur le principe des sanctions et il ne restait plus qu’à les finaliser « sur la base des propositions faites par la France et l’Allemagne et des preuves réunies ».

« Tout le monde a accepté », avait souligné le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à l’issue de la réunion organisée au Luxembourg.

Les sanctions consistent en une interdiction de voyager dans l’UE et un gel des avoirs.

Au total, sept nouveaux noms vont venir s’ajouter à une liste existante créée en 2018 pour sanctionner l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Cette liste compte déjà 8 noms, dont 4 Russes, et un centre de recherches en Syrie.  

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé qu’Alexeï Navalny a bien été empoisonné par un agent neurotoxique du groupe Novitchok, une substance conçue par des spécialistes soviétiques à des fins militaires.

Josep Borrell a informé mardi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov de la décision de l’UE lors d’un entretien téléphonique.