(Dublin) Tous les pubs ont rouvert lundi en Irlande après six mois de fermeture pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, sauf dans la capitale Dublin, où les contaminations augmentent.

Agence France-Presse

Tous les 7000 pubs que compte l’Irlande ont fermé leurs portes le 16 mars, à la veille de la Saint-Patrick, en raison du confinement instauré dans le pays.

Le 29 juin, ceux qui servent à manger ont pu rouvrir, contrairement à ceux qui ne servent qu’à boire, les « wet pubs », au grand dam de la profession qui a pesté contre ce qu’elle appelle le confinement le plus long dans l’Union européenne.

Le gouvernement a confirmé la semaine dernière que les pubs pourraient rouvrir ce lundi dans tout le pays, à l’exception de ceux qui ne servent qu’à boire dans la capitale Dublin, devenue l’épicentre des nouvelles infections.

Selon les restrictions en vigueur, personne ne doit franchir les limites de l’agglomération sauf pour des « raisons professionnelles, scolaires » et autres motifs « essentiels ». Rassemblements en intérieur sont proscrits, les visites à domicile restreintes.

« Malgré les efforts de la population ces dernières semaines, nous nous trouvons dans une position très dangereuse », a déclaré le premier ministre Micheal Martin lors d’une allocution télévisée, « il existe une menace bien réelle que Dublin se retrouve comme lors des pires jours de la crise ».

Selon les restrictions, en vigueur pour trois semaines, seuls les pubs servant à dîner en extérieur ou qui font de la vente à emporter peuvent ouvrir dans l’agglomération de Dublin, qui compte 1,3 million d’habitants (sur une population totale de cinq millions d’habitants).

Le virus a fait 1792 morts en Irlande, selon les derniers chiffres du ministère de la Santé.

Le nombre de morts quotidien a atteint un pic de 77 mi-avril, et reste à un seul chiffre ces dernières semaines, même si les infections repartent à la hausse.