(Bruxelles) Les dirigeants européens étaient réunis par visioconférence mercredi pour un sommet extraordinaire sur la crise en Biélorussie, où les opposants au président Alexandre Loukachenko ne désarment pas après onze jours de manifestations consécutives.

Agence France-Presse

Juste avant la réunion, la figure de proue de l’opposition biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa, a exhorté les 27 de l’UE à rejeter les résultats de la présidentielle du 9 août jugée « frauduleuse ».

Les dirigeants européens devraient une nouvelle fois appeler le président biélorusse au dialogue avec ses opposants, dénoncer le résultat de la présidentielle et inciter le président russe Vladimir Poutine à faire pression sur son allié Alexandre Loukachenko.  

En outre, l’UE travaille à une extension des sanctions contre Minsk, dont le principe a été acté vendredi lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères.

L’attitude de Moscou, plus proche partenaire politique, économique et militaire de Minsk, est cruciale quant à l’issue de la crise. Jusqu’à présent, M. Poutine a apporté un soutien prudent à son voisin, mettant en garde contre toute « tentative d’ingérence étrangère » en Biélorussie.

Un sujet supplémentaire s’est invité au sommet, selon une source européenne : le Mali, après le coup d’État militaire qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta.

Juste après le début du sommet à 12 h locales (6 h à Montréal), le président du Conseil, Charles Michel, a twitté à propos de la Biélorussie : « notre message est clair. La violence doit cesser et il faut lancer un dialogue pacifique et inclusif. Le gouvernement de la Biélorussie doit refléter la volonté du peuple ».  

Les 27 ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont mis d’accord vendredi sur le principe d’une extension des sanctions contre des responsables du régime de Loukachenko.

L’UE met au point une liste de personnes accusées d’avoir falsifié le résultat de la présidentielle et d’avoir organisé la répression des manifestations. Il faut l’unanimité des 27 - sans aucune abstention - pour que cette liste soit adoptée.

La Biélorussie est toujours sous le coup d’un embargo sur les ventes d’armes et de matériel pouvant être utilisé pour la répression. Quatre personnes sont déjà interdites de séjour dans l’UE et leurs avoirs ont été gelés depuis 2016. Les nouveaux noms s’ajouteront à cette liste.