(Cité du Vatican) Le pape François a exprimé dimanche sa solidarité avec le Liban, renouvelant son appel à aider « généreusement » ce pays, cinq jours après la double explosion ayant ravagé la capitale Beyrouth.

Agence France-Presse

« Ces jours-ci, mes pensées retournent souvent vers le Liban », a déclaré le pape, à l’issue de sa traditionnelle prière dominicale de l’Angélus depuis son balcon surplombant la place Saint-Pierre, au Vatican.

« La catastrophe de mardi dernier nous appelle tous, à commencer par les Libanais, à collaborer pour le bien commun de ce pays bien-aimé », a-t-il plaidé.

« Le Liban a une identité particulière, fruit de la rencontre de différentes cultures, qui a émergé au fil du temps comme un modèle du vivre ensemble », a rappelé le pape.

« Bien sûr, cette coexistence est maintenant très fragile, mais je prie pour qu’avec l’aide de Dieu et la participation loyale de tous, elle puisse renaître libre et forte », a-t-il ajouté, invitant « l’Église au Liban à être proche du peuple », car « il souffre, et il souffre beaucoup ».

Le pape François a renouvelé son appel « à l’aide généreuse de la communauté internationale » en faveur du Liban, saluant chaleureusement au passage un groupe de Libanais présents sur la place Saint-Pierre et dont il avait reconnu le drapeau.

PHOTO ALESSANDRA TARANTINO, ASSOCIATED PRESS

Cet appel intervient le jour même où la France organise une conférence d’aide internationale par visioconférence en faveur du pays du Cèdre, trois jours après un déplacement jeudi du président Emmanuel Macron dans Beyrouth traumatisé par les explosions et révolté contre sa classe dirigeante, accusée d’incurie et de corruption.